Annales corrigés Ifsi : SUJET 8 Nord-Pas-de-Calais-Picardie

Concours infirmier Annales corrigées- IFSI 2018, rédigé sous l’égide du CEFIEC, Comité d’entente des formations infirmières et cadres

 

SUJET 8 Nord-Pas-de-Calais-Picardie

Deux mille cinq cents experts venus du monde entier sont réunis à Paris, du 26 au 29 août 2015, pour participer à un congrès sur l’hypnose.
Après avoir été bannie par la médecine pendant un siècle, cette discipline est de plus en plus utilisée pour éviter l’anesthésie générale ou apaiser les douleurs chroniques.
Marie-Claudine, 68 ans, doit subir une ablation des deux seins dans un hôpital parisien. Le chirurgien lui a proposé d’effectuer l’intervention sous hypnose. « Ce qui m’a décidée, dit-elle, c’est qu’on m’a dit qu’à tout moment on pouvait basculer vers une anesthésie générale. Je voulais aussi éviter les effets toxiques des produits anesthésiques. »
Elle se souvient de la façon dont on l’a installée sur la table d’opération, avec un champ opératoire qui la séparait du chirurgien. […] Le médecin anesthésiste a posé sa tête près de son oreille et lui a proposé de 1’« emmener en promenade ».
« Il m’a demandé de choisir un lieu que j’aimais bien : j’ai choisi la montagne. » Un petit chemin qui grimpe, l’arrivée dans une clairière… « Il m’a dit de respirer, de sentir les fleurs fraîches, l’air pur. Je suis partie tout de suite ! » sourit-elle.
« Comme l’intervention a duré plus d’une heure, au bout d’un moment j’en ai eu assez de la montagne. Je me suis donc mise à parler avec l’anesthésiste et le chirurgien. » De cette opération, Marie-Claudine garde un souvenir chaleureux. « J’ai aimé ce travail de collaboration entre les médecins et moi. Je n’étais plus un simple objet déposé sur la table d’opération. »
Dans ce centre de cancérologie réputé, l’« hypnosédation » est devenue depuis cinq ans une pratique de plus en plus souvent proposée pour les mammectomies, les curages axillaires, la chirurgie des glandes thyroïdes. « Elle convient particulièrement aux personnes qui ont besoin de récupérer rapidement, ou pour qui l’anesthésie comporte des risques importants. On a pu ainsi enlever récemment une tumeur à une dame de 100 ans, qu’on n’aurait pas pu endormir. L’un des grands avantages de l’hypnose est qu’elle permet d’éviter les effets indésirables de l’anesthésie générale : troubles de la mémoire, fatigue, hypotension… »
Mise au point à Liège en 1991, cette technique douce d’« hypnosédation » a séduit les blocs opératoires un peu partout dans le monde. Depuis quelques années, les hôpitaux français y forment de plus en plus leur personnel : chirurgiens, anesthésistes, infi rmières, sages-femmes.
Elle est pratiquée, en complément d’une anesthésie locale, pour les actes chirurgicaux qui ne touchent pas les organes « profonds » : coloscopies, hystérographies, ablation d’une thyroïde… Plusieurs maternités la proposent aussi pour éviter la péridurale.
Pierre-François Descoins, médecin anesthésiste à l’hôpital de Niort, où une  dizaine d’autres spécialistes sont actuellement formés, est devenu un fervent défenseur de cette technique. « Malheureusement, on ne peut pas la proposer à tous les patients car elle demande de la disponibilité et un environnement calme pour les intervenants. Mais elle change l’atmosphère d’un bloc, crée entre le patient et le médecin une alliance de confiance, bénéfique pour tout le monde. »
L’hypnose est de plus en plus utilisée aussi dans le traitement des douleurs chroniques, que l’arsenal de la médecine classique peine à vaincre : environ la moitié des centres spécialisés l’ont intégrée, en complément d’autres approches (acupuncture, sophrologie, psychothérapie, etc.).
À ces techniques qui sollicitent l’imaginaire, les enfants sont particulièrement sensibles. Édith Gatbois, pédiatre, a commencé à s’y intéresser dès 2004 quand elle travaillait en hématocancérologie et constatait que « les médicaments ne suffisaient pas à soulager les enfants ». Certains, terrorisés, arrivaient même à développer des phobies du soin.
Aujourd’hui, au centre antidouleurs de l’hôpital Trousseau, elle fait appel à  l’hypnose pour soigner des enfants atteints de céphalées, fibromyalgies, ou douleurs séquellaires du cancer. Après un examen neurologique classique, sa consultation (qui dure environ une heure et demie) débute par une conversation au cours de laquelle elle explique à l’enfant comment fonctionne la douleur. « J’emploie souvent l’image de la cocotte-minute et de sa soupape qui fait sortir la pression ; comme notre corps est plus sophistiqué qu’elle, on peut se créer de nombreuses soupapes : imaginer, rigoler ou faire une activité créative. » Commence alors la séance d’hypnose proprement dite. La pédiatre propose à l’enfant de choisir entre un tapis volant ou une baguette magique pour ouvrir les frontières de son imaginaire. « L’enfant va s’en servir pour aller où il veut, dans un endroit agréable ; il va apporter des détails de saveurs, de musique, faire venir les gens qu’il aime.
Comme il se sent bien dans cet imaginaire, son corps ressent ce bien-être, se pose et se repose, bercé par la respiration. L’objectif, précise la pédiatre, est que l’enfant arrive à reproduire ces exercices chez lui quand il sent qu’il a mal. Et que ce ne soit plus la douleur qui contrôle sa vie. »
« C’est fondateur pour des enfants de s’apercevoir qu’ils peuvent reprendre le contrôle de la situation », insiste Édith Gatbois. Même si elle ne prétend pas faire de miracles. « Certains arrivent à se débarrasser complètement de leurs douleurs ; pour d’autres, ça ne marche pas car ils souffrent trop pour pouvoir lâcher prise. »
Mais la plupart arrivent à réduire leurs doses de médicaments, jusqu’à s’en passer. « C’est un outil écologique à usage multiple », résume-t-elle. Et les parents sont souvent contents qu’on leur propose des approches qui leur ouvrent d’autres horizons. […] L’hypnose permet ainsi d’instaurer un autre type de rapport entre le patient et son médecin. « La médecine toute technicienne a un peu perdu ses lettres de noblesse. Et si les médecins sont si nombreux à se former à l’hypnose aujourd’hui, c’est parce qu’ils ont besoin d’une médecine plus humaine, plus proche du patient. L’hypnose permet une relation plus riche et une satisfaction plus grande ; et nos patients très souvent nous en remercient. »

Christine Legrand, www.la-croix.com, 23 mars 2015.

Questions

QUESTION 1 (5 POINTS)
Vous proposerez un titre concis au texte et vous dégagerez les idées principales en les reformulant.
Rédigez votre réponse sur la feuille de réponses annexe, en écrivant le numéro de la question.

QUESTION 2 (5 POINTS)
« Après avoir été bannie par la médecine pendant un siècle, cette discipline est  de plus en plus utilisée pour éviter l’anesthésie générale. »
Selon vous, pour quelles raisons certaines personnes souhaitent-elles éviter l’anesthésie générale ?
Rédigez votre réponse en 10-15 lignes au maximum sur la feuille de réponses annexe, en écrivant le numéro de la question.
QUESTION 3 (7 POINTS)
Outre le fait que l’utilisation de l’hypnose puisse éviter l’anesthésie générale, à votre avis, que peut-elle permettre ?
Rédigez votre réponse sous forme structurée (introduction, développement, conclusion) sur la feuille de réponses annexe, en écrivant le numéro de la question.
Trois points sont réservés à l’orthographe, la syntaxe, le vocabulaire, la présentation et le respect des consignes.

CORRIGE

Vous venez de lire un extrait de l’ouvrage Concours Infirmier – Annales corrigés IFSI 2018

Auteurs

CEFIEC Comité d’entente des formations infirmières et cadres

Olivier Perche Responsable pédagogique à l’IRSS de Rennes.

Marie-Christine Denoyer, Docteur en médecine, ancien professeur de Sciences et Techniques médico-sociales, et en classe préparatoire aux concours IFSI, AS et AP.

Nicolas Muller, Psychologue et formateur en IFSI

A lire sur le blog : Le concours IFSI évolue pour le printemps 2019

Laissez un message

Auteur(s): CEFIEC, Marie-Christine Denoyer, Nicolas Muller

Partager:

Réagir à cet article