Blog

Recommandations de pratique clinique (RPC) du CNSF dans la Revue Sage-Femme

Recommandations de pratique clinique (RPC) du CNSF dans la Revue Sage-Femme

C’est un grand plaisir de voir publier les premières recommandations de pratique clinique (RPC) du Collège national des sages-femmes de France (CNSF) dans la Revue Sage-Femme.

Ce travail collaboratif, interdisciplinaire, a été initié par la commission scientifique du CNSF en vue d’améliorer la qualité et la sécurité des soins en partenariat avec le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF), l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), le Collectif inter associatif autour de la naissance (CIANE), un pédiatre et un anesthésiste.
L’année 2016 est le reflet de l’évolution du CNSF et de la profession de sage-femme.
La recherche en maïeutique vient étayer la pratique clinique. Des sages-femmes acquièrent des compétences scientifiques. Corinne Dupont est la première sage-femme titulaire d’une habilitation à diriger des recherches (HDR). « La particularité des recherches en maïeutique menées par les sages-femmes est qu’elles concernent 95 % de la population prise en charge : les femmes en bonne santé, les accouchements à bas risque. » (C. Dupont).
C’est pourquoi le premier sujet choisi a été oxytocine et travail spontané. Les questions portaient sur les modalités de prescription raisonnée et l’importance de la quantité d’oxytocine.
La médicalisation à bon escient reste une préoccupation d’actualité tant versus médical que versus usager.
Sept chapitres sont consacrés à ces RPC et un texte court en résume les conclusions.
Les stades du travail ont été redéfinis pour mieux respecter le temps physiologique. Une hiérarchisation des interventions a été mise en place avec un respect des délais d’administration de l’oxytocine et des doses minimales efficaces. Proposition est faite à chaque maternité d’établir un protocole, de noter comme indicateur le taux d’administration d’oxytocine durant le travail spontané.
Il est recommandé de tracer l’information faite à la patiente.
Ce meilleur respect du temps physiologique aura indéniablement des répercussions sur l’organisation des maternités.
Aux sages-femmes, d’informer les femmes lors de la préparation à la naissance et parentalité et de mettre en œuvre ces recommandations afin d’en évaluer les impacts sur leur pratique.

Déclaration de liens d’intérêts
Les auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels liens d’intérêts.

M.-C. Blanchard  Rédactrice en chef de la Revue Sage-Femme
S. Guillaume Présidente du CNSF

Lire en accès libre sur le blog le résumé du Texte court des recommandations pour l’administration d’oxytocine au cours du travail spontané

Laissez un message

Auteur(s): M.-C. Blanchard, S. Guillaume

Partager:

Réagir à cet article