Interview de Raphaële Miljkovitch, directrice de l’ouvrage Psychologie du développement

Véritable traité, cet ouvrage réunit les plus grands spécialistes de la psychologie du développement. Entretien avec Raphaële Miljkovitch, professeure de psychologie du développement à l’Université Paris 8, qui a codirigé ce travail.

Raphaële Miljkovitch Pr. Psychologie du Développement

 

Pourriez-vous préciser le concept de « développement psychologique » ?         

Le développement psychologique relève de l’évolution de l’être humain aux différents âges de la vie. L’âge en lui-même est un facteur d’évolution majeur, qui transforme la qualité de l’expérience au fil du temps. Pendant l’enfance et l’adolescence en particulier, les maturations physique et cognitive entraînent de profonds bouleversements dans la manière dont les choses sont perçues, comprises et ressenties. Dans le domaine du fonctionnement psychique, on a trop souvent tendance à plaquer des modèles adultes à l’enfant ou l’adolescent, en leur attribuant des comportements et attitudes dont certains ne sont possibles qu’une fois la pleine croissance acquise. C’est pourquoi il est important de tenir compte du stade de développement de l’individu. Par ailleurs, il est aussi éclairant de comprendre l’adulte à la lumière de son enfance, sachant que le développement psychologique s’appuie sur les expériences passées, à tout âge.

Quels sont les champs de la psychologie du développement ?

Les champs sont multiples. Dans notre ouvrage, nous les présentons par domaines (développement du langage, du raisonnement, socio-émotionnel…), mais aussi de manière intégrative, pour expliquer comment ces différentes facettes interagissent entre elles. Car le développement dans un domaine se répercute nécessairement sur les autres. Par exemple, le développement moteur joue sur le développement affectif : lorsqu’un bambin apprend à marcher, le lien qui l’unit à sa mère ou son père se modifie du fait du rapprochement mais aussi de l’éloignement que permet la motricité. Cette nouvelle compétence fait émerger chez lui une problématique : qu’en est-il de la proximité au sein de la relation ? Sur le plan intellectuel, la possibilité de saisir et de manipuler des objets à un âge précoce permet de mieux appréhender les propriétés de ceux-ci et d’élargir le champ de ses connaissances. Ainsi, les domaines sont étudiés à travers différents âges de la vie, en particulier lors de moments clés au cours desquels d’importants réaménagements deviennent possibles.

Quels sont les liens entre psychopathologie et troubles du développement ?

Les deux notions se recoupent et ne s’excluent pas. Ce qu’il y a de spécifique dans l’approche développementale des troubles, c’est la prise en compte du stade de développement de l’individu. Une difficulté de séparation, tout à fait saine chez le bébé, révèle un état de dépendance anormale chez l’adulte. En même temps, la pathologie de l’adulte peut être comprise à la lumière des expériences précoces dans ce domaine. Autrement dit, concevoir la psychopathologie en termes de troubles du développement permet à la fois de mieux comprendre sa genèse et d’appréhender la problématique de l’individu en fonction des ressources et des défis propres à son âge.

La prévention est-elle possible ?  

Un des intérêts majeurs de la psychologie du développement est de permettre un repérage précis et de plus en plus précoce des compétences et acquisitions de l’individu au cours de sa vie. Grâce à ces repères, il devient plus aisé d’identifier les trajectoires atypiques, qui peuvent attirer l’attention des professionnels. Des méthodes d’investigation très sophistiquées permettent à présent de comprendre par exemple les compétences du bébé, dont on sait par ailleurs qu’elles vont plus tard évoluer vers des habiletés sociales plus élaborées. L’examen de ces compétences permet ainsi de dépister les cas où celles-ci font défaut ou s’éloignent de la norme, comme ce peut être le cas dans le trouble du spectre de l’autisme. Une prise en charge précoce peut prévenir une trajectoire développementale défavorable.

Comment est construit cet ouvrage qui rassemble une cinquantaine d’experts ?

Les plus grands spécialistes de la psychologie du développement sont ici réunis. Pour rendre compte au mieux de leurs travaux, tout en prévoyant une lecture progressive et structurée de l’ouvrage, nous avons organisé le livre en six parties.

  • les principaux modèles du développement, outils préalables pour penser l’évolution de l’individu dans son contexte, selon différentes perspectives théoriques.
  • les principaux domaines de développement, qui permettent une compréhension fine d’aspects spécifiques de l’individu.
  • l’éducation, qui présente notamment les divers facteurs en jeu dans la scolarité de l’enfant
  •   les principaux troubles et psychopathologies de l’enfant et de l’adolescent
  • les transitions et enjeux sociétaux (moments critiques du développement : arrivée d’un enfant, adolescence, fondement du couple et facteurs contextuels)
  • les tests et méthodes d’intervention à destination des professionnels.

Ce livre s’adresse donc aux étudiants et aux professionnels du soin et de l’éducation, incluant notamment les médecins, psychiatres, psychologues, travailleurs sociaux, éducateurs et professionnels paramédicaux.

Ouvrage sous direction de :
Raphaële Miljkovitch
Professeur de psychologie du développement, université Paris 8, laboratoire Paragraphe.

Laissez un message

Auteur(s): sous la direction de Raphaële Miljkovitch

Partager:

Réagir à cet article