Homéopathie : Remèdes plus spécifiques de la grossesse

Actaea racemosa

Souche

Noms communs : Cimicifuga racemosa, Actée en grappe, Cimicaire à grappes.
Surnoms : Actée noire, Herbe aux punaises, Black cohosh, Black snakeroot.
Famille : Renonculacées.
Habitat : l’est de l’Amérique du Nord (États- Unis et Canada). Plante de forêt qui aime les sols humides et les lieux ombragés ou mi-ombragés.
Description : plante vivace qui peut atteindre 2 mètres de hauteur et qui présente de grandes feuilles incisées et dentées. Inflorescences à la fin de l’été en forme de cierges blancs qui peuvent atteindre 1 mètre de hauteur (fleurs blanches, réunies en grappe qui s’ouvrent successivement en partant de la base). Rhizome noirâtre, cylindrique, avec des racines allongées et tortueuses. Odeur désagréable du rhizome avec un goût âcre.
Principes actifs : des substances oestrogènes (formononétine), de l’acétine, un glucoside triterpénique hypotenseur (cimicifugoside), plusieurs alcaloïdes et des salicylates précurseurs de l’aspirine (effet anti-inflammatoire, antalgique et antipyrétique).
Toxicité : peu toxique chez l’homme (désordres gastro-intestinaux légers la plupart du temps). En cas de fortes doses : céphalées, vertiges, tremblements, baisse de la pression artérielle avec un pouls faible, nausées, vomissements et irritabilité nerveuse. Troubles de la coagulation et tumeurs mammaires possibles. À éviter pendant la grossesse à dose pondérale car possible effet stimulant utérin (intensification des contractions utérines).
Usages médicaux : plante utilisée par les Amérindiens pour les affections gynécologiques et rhumatismales (sous forme de décoction en faisant bouillir le rhizome dans l’eau). Utilisations actuelles dans les troubles dépressifs, menstruels, pour faciliter le travail et la délivrance ainsi que dans les bouffées de chaleur de la ménopause.
Partie utilisée : le rhizome.

Matière médicale

Signes psychiques

Troubles psychiques liés aux épisodes de la « vie génitale »

Avant ou pendant les règles et lors des métrorragies
Dépression, tristesse, irritabilité, confusion d’esprit, manie, agitation, excitation, anxiété, hypersensibilité, soupirs, délires, manie, insomnie, hystérie, etc. avant ou pendant les règles ou pendant une métrorragie. L’hystérie peut s’accompagner de malaise, de spasmes du dos et de la région cervicale. Excitation nerveuse avec troubles utérins (douleurs crampoïdes) ou ovariens. Les troubles peuvent être consécutifs à la suppression des règles.

Pendant la ménopause
Dépression de la ménopause, hypersensibilité, excitation, hystérie, manie, anxiété, soupçons, peur de devenir folle, délire, insomnie, etc.

Pendant la grossesse
Dépression puerpérale et du post-partum
Hyperémotivité, hypersensibilité, soupirs, pleurs, humeur instable (alternance de gaieté et de tristesse), hyperesthésie, indifférence, troubles de la mémoire. Taciturnité alternant avec loquacité : besoin constant de parler. Dépression de la grossesse et du post-partum. Tendance suicidaire. La tristesse peut s’accompagner d’excitation sexuelle. Irritabilité pour des futilités. Inconscience pendant l’accouchement. Les symptômes dépressifs alternent avec les symptômes physiques.

Psychose puerpérale, manie
Illusion d’être enceinte, illusion de devenir folle. Manie pendant la grossesse. Agitation. Psychose puerpérale. Délire avant les règles : délire loquace avec insomnie, pupilles dilatées et rage. Folie après une faillite.

Anxiété, peur de l’accouchement et de la grossesse
Anxiété pendant la grossesse et peur lorsque l’accouchement devient imminent. Tristesse pendant l’accouchement. Anxiété après un avortement.

Insomnie pendant la grossesse
Insomnie pendant la grossesse, après l’allaitement. Nombreux rêves.

Anxiété aggravée par les règles, ruminations anxieuses

Peur qu’il arrive quelque chose, de la mort, de la maladie, de devenir folle, d’être blessée, de la faillite. Peur de rester seule par crainte d’être blessée. Profondément affectée par des histoires tristes et horribles. La peur est telle qu’elle va d’un endroit à un autre. Anxiété pour l’avenir.

Sensation d’avoir la tête dans les nuages

Amélioration à la maison
Besoin de rentrer à la maison. Illusion d’être loin de chez soi et de devoir rentrer. Nostalgie du pays.

Alternance des symptômes mentaux et physiques

Signes physiques

Grand remède de la grossesse et de l’accouchement

Syndrome de Lacomme
Douleurs ligamentaires crampoïdes de la région pelvienne.

Travail inefficace, rigidité du col
Travail trop douloureux, irrégulier, inefficace, spasmodique. Col rigide. Douleurs crampoïdes changeantes, irrégulières, irradiant sur les côtés de l’abdomen, dans l’aine, les hanches, les cuisses et le pelvis (les douleurs peuvent être telles qu’elles déclenchent un malaise). Douleurs du faux travail. Pendant l’accouchement : agitation physique et mentale, bavardage, angoisses. Douleurs cardiaques. Arrêt des contractions suite d’émotions, d’excitations ou d’hémorragie. Douleurs du travail supprimées, absentes. Position foetale anormale.

Douleurs du post-partum, subinvolution de l’utérus
Douleurs crampoïdes du post-partum insupportables, angoissantes, irradiant vers les hanches, les cuisses, l’aine et pouvant s’accompagner de céphalées intenses. Agitation après l’accouchement. Rétention placentaire. Subinvolution de l’utérus. Suppression des lochies suite de refroidissement, d’émotions ou d’excitation. Tendance aux avortements

Tendance aux avortements au premier trimestre.
Avortement suite de peur, de frayeur, d’atonie utérine. Menace d’avortement avec métrorragies.

Dysménorrhees proportionnelles à l’abondance des règles

Dans les dysménorrhées, la douleur est proportionnelle à l’abondance des règles (douleurs crampoïdes qui imposent de se plier en deux avec agitation, confusion, épuisement voire lipothymie). La douleur traverse le bassin d’un côté à l’autre (d’une hanche à l’autre) ou d’un côté de l’utérus à l’autre et irradie dans les cuisses et le dos. Douleurs prémenstruelles comme des douleurs d’accouchement. Sensation de traction vers le bas. Ovulation douloureuse (la douleur prédomine à l’ovaire gauche). Kystes ovariens fonctionnels. Règles avancées, abondantes ou, au contraire, peu abondantes, en retard, irrégulières (intervalles longs et variables). Aménorrhée ou hypoménorrhée de sang foncé suite d’émotion, de froid ou de bain froid. La femme appréhende les règles du fait des troubles qui les accompagnent. Métrorragies ; métrorragies pendant la grossesse. Myomes.

Douleurs rhumatismales aggravées par les règles et la grossesse

Douleurs tiraillantes de la région cervico-dorso- lombaire aggravées le matin et en se penchant. Extension de la douleur à la tête et au vertex pour la région cervicale, dans les cuisses, le pelvis ou irradiant en hémiceinture pour la région lombaire. Impotence fonctionnelle, lourdeur des membres, raideur. Arthrite chronique déformante. Gonflement des articulations et chaleur. Aggravation des troubles rhumatologiques par la pression, la grossesse et les règles (règles douloureuses accompagnées de rhumatismes ou douleurs des hanches qui précèdent l’arrivée des règles ; sensation de poids dans la région lombosacrée pendant les règles ; douleurs articulaires pendant la grossesse). Les douleurs rhumatismales s’accompagnent de douleurs crampoïdes à l’utérus ou aux ovaires.

Palpitations cardiaques pendant les troubles gynécologiques

Palpitations cardiaques qui accompagnent les troubles gynécologiques et qui sont aggravées par le mouvement et la ménopause. Angine de poitrine, douleurs cardiaques coupantes, piquantes comme si des aiguilles étaient enfoncées dans le thorax. Douleurs cardiaques pendant l’accouchement (la douleur irradie dans la main et le bras gauches et peut migrer d’un côté à l’autre).

Épilepsie aggravée par les règles et la grossesse

Convulsions épileptiques pendant les règles, pendant la grossesse ou pendant l’accouchement.

Bouffées de chaleur de la ménopause

Anomalies linguales
Non décrites dans les matières médicales.

Modalités

Aggravation
Par les règles et, proportionnellement à leur abondance, par le froid-humide, l’air froid, le bain froid, l’eau froide.

Amélioration
Au plein air (la tête seulement).

Signes étiologiques
Troubles suite d’émotion, d’amour déçu.

Alternance
Alternance des troubles mentaux et physiques.
Symptômes contradictoires, alternants, changeant rapidement ou constamment.

Syndromes correspondants

Stase de Qi et de Sang

Stase de Qi du Foie
Sensation d’avoir la tête dans les nuages
Humeur changeante, instable
Dépression
Irritabilité pour des futilités
Hyperémotivité, anxiété
Pleurs
Soupirs
Règles irrégulières ou supprimées après une émotion, après une frayeur
Arrêt des contractions suite à des émotions
Dysménorrhées
Kystes ovariens fonctionnels
Avortement suite d’émotion

Stase du Sang du Foie
Masses pelviennes : myomes
Règles irrégulières, douloureuses avec caillots foncés
Douleurs hyperalgiques
Travail inefficace, irrégulier, col rigide
Douleurs du travail irradiant dans l’abdomen et le pelvis, changeantes, irrégulières

Stase du Sang du Coeur
Délires, hallucinations, psychose puerpérale
Dépression, pensées suicidaires ou destructrices
Agitation mentale
Comportement maniaque
Hystérie
Palpitations
Douleurs cardiaques piquantes comme des coups d’aiguilles irradiant dans le bras et la main gauches
Douleur cardiaque pendant l’accouchement

Vide de Sang du Coeur
Dépression du post-partum
Anxiété
Insomnie pendant la grossesse
Rêves nombreux

Froid dans l’Utérus
Aggravation générale par le froid
Retard des règles, règles peu abondantes
Suppression des règles ou des lochies par l’eau froide, le refroidissement
Rétention placentaire

Commentaires

Remède « féminin » par excellence avec un tropisme utérin marqué, Actaea racemosa trouve un intérêt à tous les stades de la vie génitale (troubles des règles, grossesse, accouchement et ménopause). Il est difficile de s’appuyer sur l’aspect de la langue pour faire émerger les syndromes car celle-ci n’a presque pas été observée ni décrite dans les différentes matières médicales. Cependant, les signes cliniques et la physiologie de la MTC nous permettent de comprendre les grandes indications d’Actaea racemosa et pourquoi la grossesse est une période critique dans la survenue de certaines maladies psychiatriques comme la dépression du post-partum et les psychoses puerpérales.
Les pertes de sang pendant l’accouchement peuvent induire un vide de Sang (au sens chinois du terme) car le sang de la médecine occidentale et le Sang de la MTC sont étroitement liés. Cela est favorisé par l’existence d’un vide de Sang avant la grossesse. Le Cœur est le logis du Shen (Esprit) et commande le Sang. En cas de vide de Sang, le Cœur est affecté (vide de Sang du Cœur). Le Shen n’étant plus correctement « ancré », apparaissent des troubles psychologiques tels que dépression, irritabilité, anxiété et troubles du sommeil. Nous comprenons alors pourquoi, chez Actaea racemosa, les signes cliniques sont proportionnels à l’abondance des pertes sanguines. À la longue, le vide de Sang (de nature Yin) peut aboutir à un vide de Yin et engendrer un syndrome de Chaleur vide (vide de Yin du Cœur). Dans ce cas, les signes cliniques précédents sont encore plus marqués et on observera de l’agitation physique et mentale par excès relatif de Yang (agitation pendant les règles par exemple).

La sensation d’avoir la tête dans les nuages, la variabilité des symptômes qui sont changeants et alternants, notamment sur le plan psychologique (humeur variable), l’irritabilité, les règles irrégulières, les soupirs évoquent une stase de Qi du Foie, qui est la plupart du temps d’origine émotionnelle. Les femmes nécessitant Actaea racemosa sont plutôt anxieuses, notamment pendant la grossesse. Ces femmes ont généralement peur de l’accouchement. Nous observons dans cette pathogénésie un arrêt des contractions pendant l’accouchement suite à des émotions. Toutes ces émotions peuvent à la longue nouer le Qi et l’empêcher de circuler correctement, que ce soit au niveau du réchauffeur moyen ou de la poitrine. Le Foie est l’organe qui stocke le Sang. Le Qi est le commandant du Sang : si le Qi circule, le Sang circule, et inversement si le Qi stagne, le Sang stagne. À la longue, la stagnation du Qi du Foie peut donc entraîner une stase du Sang du Foie (ce qui explique les règles avec caillots noirs et les dysménorrhées). Le Sang du Foie a un lien prononcé avec l’Utérus, Chong Mai et Ren Mai. C’est pour cette raison que, lorsque le Sang du Foie stagne, alors le Sang stagne aussi dans le Vaisseau directeur et le Vaisseau pénétrant, ce qui a des répercussions sur les règles, la grossesse et la ménopause (bouffées de chaleur par stase de Qi et de Sang). Or, les états psychiatriques plus graves comme la phobie, l’obsession, l’hystérie ou la psychose survenant en cours de grossesse ou après un accouchement sont, justement, dus à une stase du Sang du Coeur, elle-même liée à cette stase de Sang qui remonte à contre-courant dans Chong Mai et Ren Mai. Ces stases obstruent le Shen qui devient agité et perturbé. Actaea racemosa est un remède dont l’une des étiologies est l’exposition au Froid (suppression des règles, des lochies suite à un coup de froid, etc.). Le Froid dans l’utérus, syndrome inclus dans cette pathogénésie, peut d’ailleurs entraîner ou venir aggraver une stase de Sang (il fige le Sang et le fait donc stagner dans l’Utérus). Le vide de Sang peut également générer ou aggraver une stase de Sang. C’est un cercle vicieux que nous retrouvons chez Actaea racemosa avec une aggravation qui est proportionnelle à la perte sanguine. Pendant l’accouchement, les douleurs sont variables, intenses, et peuvent irradier en direction de l’abdomen ou du pelvis, le col est rigide. Cela évoque et confirme l’indication du remède dans les stases de Qi et de Sang (contrairement à Caulophyllum qui trouve une indication pendant le travail dans les vides de Qi et de Sang).

Enfin, Actaea racemosa présente des douleurs articulaires aggravées par les règles et la grossesse. Comme nous l’avons déjà dit, les règles et la grossesse ont tendance à épuiser le Qi et le Sang dans l’organisme. Nous pouvons alors très bien imaginer qu’il s’agit de douleurs articulaires liées au vide de Sang. Dans ce cas, le Sang ne nourrit plus convenablement les tendons et les méridiens, ce qui est à l’origine de douleurs. Celles-ci peuvent être aggravées par l’invasion du Vent externe, d’autant plus que les méridiens sont souvent en vide après l’accouchement.

Actaea racemosa, avec Caulophyllum, fait partie des remèdes qui facilitent le travail de l’accouchement. Les deux grandes causes sont : le vide de Qi et de Sang et les stases de Qi et de Sang. Actaea semble trouver une indication dans les deux cas, avec cependant une prédominance pour les stases de Sang.

Caulophyllum thalictroides

Souche

Nom : Caulophylle.
Surnoms : Cohoche bleu, Faux-pigamon, Graines à chapelet, Léontice, Blue berry, Blueberry root, Blue cohosh.
Famille : Berberidaceae.
Habitat : Amérique du Nord (forêts humides et ombreuses des montagnes du Canada et des États-Unis).
Description : plante vivace à rhizome dont les tiges se ramifient à leur extrémité supérieure pour donner naissance à des fleurs jaunes, de 1 à 2 cm de diamètre, qui commencent à s’ouvrir au milieu du printemps (chaque fleur possédant 6 pétales jaunes et 6 étamines). Feuilles composées possédant des folioles divisées en 2 ou 3 lobes. Graines bleu foncé possédant un tégument charnu qui apparaissent après la période de floraison et la chute des feuilles (ressemblent à des baies bleues). Rhizome brun jaune à l’extérieur qui possède une saveur douce amère et âcre.
Principes actifs : des glycosides (saponines dont la caulosaponine) et des alcaloïdes, surtout la méthylcytisine (caulophylline).
Toxicité :
– liée à la méthylcytisine : augmentation du rythme respiratoire, de la pression artérielle et de la motilité intestinale (à l’origine de spasmes intestinaux) ;
– liée à la caulosaponine : stimulation utérine (provoquant des contractions utérines intenses et une vasoconstriction des vaisseaux coronariens), effet anti-inflammatoire, effet tératogène et inhibiteur supposés de l’ovulation.
Usages médicaux anciens :
– en obstétrique pour faciliter et accélérer un accouchement (augmentation des contractions utérines et diminution des douleurs du travail) ou comme abortif (souvent associée à Cimicifuga racemosa) ;
– en gynécologie pour régulariser les troubles menstruels ;
– en rhumatologie pour soulager les rhumatismes et l’arthrite ;
– pour soulager les spasmes musculaires.
Partie utilisée : rhizome avec ses racines (forte concentration en principes actifs).

Matière médicale

Signes psychiques

Anxiété pendant la grossesse

Illusion d’être enceinte, hystérie

Aggravation par les règles et l’accouchement
Hystérie, agitation, excitation, anxiété, variabilité de l’humeur, irritabilité, colère pendant les règles ou l’accouchement.

Signes physiques

Troubles utérins (troubles de la grossesse et des règles)

Travail de l’accouchement inefficace suite d’épuisement
Douleurs du travail : douleurs lombaires pendant l’accouchement s’étendant dans les jambes. Travail inefficace, irrégulier, hyperalgique, lent. Rigidité, contractions spasmodiques du col. Arrêt des contractions utérines suite d’épuisement ou contractions de courte durée. Sensation de faiblesse. Angoisses pendant les contractions. Nausées, soif pendant l’accouchement. Douleurs du faux travail. Atrophie, atonie utérine.

Épuisement, douleurs du post-partum, subinvolution utérine
Épuisement, tremblements intérieurs, paralysie transitoire après l’accouchement. Douleurs du post-partum. Subinvolution de l’utérus.

Tendance aux avortements
Avortements avec grande faiblesse et prostration ou suite de grande fatigue pouvant s’accompagner de douleurs articulaires. Avortements à répétition dans les premiers mois de grossesse. « Faiblesse » utérine. Remède de convalescence après un avortement.

Métrorragies
Métrorragies abondantes pendant la grossesse, pendant l’accouchement, suite de rétention placentaire, d’atonie utérine ou pendant un avortement. Tremblements internes pendant l’hémorragie. Le sang est sombre. Lochies foncées, sanguinolentes, prolongées.

Dysménorrhées, règles peu abondantes de sang pâle
Dysménorrhées avec douleurs intermittentes. Règles peu abondantes, en retard, pâles. Aménorrhée. Douleurs crampoïdes comme des douleurs d’accouchement surtout avant les règles. Apparition des douleurs dès la puberté. Douleurs erratiques irradiant loin vers l’aine et les membres inférieurs. Les douleurs de règles peuvent s’accompagner de douleurs articulaires ou bien les douleurs articulaires peuvent arriver à la place des règles. Douleurs contuses dans la région lombaire avant ou pendant les règles. Goût amer dans la bouche au début des règles.

Anomalies des petites articulations, polyarthrite rhumatoïde

Douleurs rhumatismales des petites articulations avec raideur : interphalangiennes, métacarpophalangiennes ou métatarsophalangiennes. Arthrite des petites articulations, polyarthrite rhumatoïde. Nodosités douloureuses articulaires ou juxtaarticulaires des doigts. Douleurs des chevilles et des poignets. Aggravation des douleurs avant les règles, amélioration après.

Anomalies linguales
Peu mentionnées dans les matières médicales mais un enduit lingual blanc est parfois décrit (signe de 1er degré).

Syndromes correspondants

Vide de Qi et de Sang

Pendant le travail :

Épuisement, sensation de faiblesse
Travail inefficace, irrégulier, hyperalgique, lent
Arrêt des contractions ou contractions faibles
Rigidité du col et atonie utérine

Les règles :

Règles peu abondantes, en retard, pâles ou aménorrhée

La langue doit être pâle avec un enduit lingual blanc

Le pouls doit être vide

Commentaires

Le rhizome, qui correspond à la partie inférieure et souterraine d’une plante, joue souvent le rôle d’organe de la reproduction et il contient l’énergie de réserve utile à la croissance du végétal. Il est donc intéressant de faire le lien entre le rhizome de Caulophyllum qui est utilisé pour la réalisation de cette souche homéopathique et le tropisme utérin marqué qui ressort de la pathogénésie (l’autre plante rhizomateuse qui présente également de nombreux signes utérins est Actaea racemosa). Nous pouvons rapprocher le rhizome de l’énergie héréditaire abritée par les Reins au réchauffeur inférieur. L’Utérus est étroitement lié aux Reins par un méridien appelé méridien de l’utérus Bao Luo (il est également lié au Cœur par le vaisseau de l’Utérus Bao Mai). Ce lien avec le Rein est très important car il est à l’origine du Sang des règles (Tian Gui). Le Rein est également la « mère du Foie » qui fournit le Sang à l’Utérus. Enfin, l’Utérus est lié aux méridiens curieux Ren Mai et Chong Mai. Ces deux derniers prennent naissance aux Reins, font circuler l’énergie héréditaire et fournissent le Qi, le Sang et l’Essence à l’Utérus. Nous comprenons pourquoi, si l’Essence des Reins est faible, Ren Mai et Chong Mai sont en état de vide. L’Utérus n’est alors plus bien fourni en Sang et en Qi, ce qui est à l’origine de fausses couches, de stérilité et d’aménorrhées.
L’Utérus est un viscère Yin car il stocke le Sang et abrite le fœtus. Mais il a une fonction Yang au moment de l’expulsion du bébé ou lorsqu’il libère le sang des menstruations. Sous l’impulsion du Yang, le Qi et le Sang circulent correctement. Ce sont le Yang et le Qi qui mettent en mouvement l’Utérus lors de l’accouchement (contractions utérines). La fin de la grossesse se caractérise par le passage d’un stade d’accumulation du Yin à une phase Yang qui atteint son apogée dans le travail et la délivrance avec l’expulsion du bébé. « Le Qi pousse le Sang », « la porte de l’Utérus s’ouvre » au cours d’un mouvement descendant. Donc, un équilibre et une quantité suffisante de Qi et de Sang sont nécessaires à un accouchement harmonieux. En MTC, il y a deux causes principales au travail retardé et difficile. Le vide de Qi et de Sang est la première cause. En cas de vide de Qi et de Sang, la femme est épuisée, le travail se prolonge, les contractions sont faibles ou absentes, la dilatation du col ne se fait pas correctement. C’est ce que décrit la matière médicale de Caulophyllum. Dans ce cas, la langue est pâle et l’enduit blanc et mince. Chez Caulophyllum, la langue présente effectivement un enduit blanc. Le vide de Qi et de Sang est à l’origine des règles peu abondantes et pâles décrites dans cette pathogénésie. L’autre grande cause est la stagnation du Qi et du Sang, mais dans ce cas la langue est rouge violet et le pouls tendu. Nous retrouvons plutôt dans cette indication l’autre remède « féminin » de la matière médicale, à savoir Actaea racemosa.

© 2017, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

Vivien Hémond :
Docteur en médecine, médecin généraliste, acupuncteur, homéopathe, Chargé d’enseignement dans le cadre du diplôme universitaire d’homéopathie de la faculté de médecine Paris-Nord XIII,
Hypnothérapeute Exercice libéral, Châteauneuf-d’Ille-et-Vilaine

Vous venez de lire un extrait de l’ouvrage Homéopathie et médecine chinoise de V. Hémond

Laissez un message