Insomnie : comprendre, analyser, explorer, et traiter le patient insomniaque

Introduction

L’incapacité à dormir est une expérience universelle que nous avons tous connue, ne serait-ce qu’au travers d’un épisode douloureux ou d’une période de canicule. Pour ces mauvaises nuits occasionnelles, la cause est généralement facilement identifiée ; on en sait les conséquences néfastes pour le lendemain, et nous y sommes résignés. Elles font partie de notre vie comme un passage obligé, désagréable mais somme toute, banal.

L’insomnie est banale… Il n’y a rien à faire, ça va passer…

C’est cette idée, bien ancrée, dans la représentation de cette symptomatologie qui explique sans doute que seul un insomniaque sur deux va consulter pour son insomnie. Il y a une confusion entre le symptôme, d’une banalité extrême avec 46 % de personnes qui déclarent avoir eu des troubles du sommeil les jours précédents lorsqu’ils sont interrogés, et la maladie insomniaque, isolée ou associée à d’autres troubles, qui s’intègre dans des pathologies chroniques. Ces quarante dernières années ont vu émerger un nouveau champ de la médecine, la médecine du sommeil. Les deux premières maladies identifiées furent la narcolepsie et les apnées du sommeil. L’insomnie était bien évidemment présente, en toile de fond de cette spécialité émergente, mais ayant du mal à être individualisée comme domaine de recherche intéressant, car les seules anomalies identifiées à l’époque étaient des dysfonctionnements psychophysiologiques sur l’attention, la mémoire, les cognitions, et encore, ces dysfonctionnements étaient rapportés comme modestes, minimisant ainsi les conséquences et l’intérêt de s’intéresser au mal dormir.

Ce n’est qu’au cours de ces dix dernières années que la recherche, en particulier avec la neuro-imagerie cérébrale, commence à comprendre le fonctionnement du cerveau de l’insomniaque et montre ses particularités. Parallèlement, la clinique identifie des insomnies dont les conséquences en termes de morbidité sont inquiétantes ; en particulier quand le sommeil est objectivement raccourci, mais pas seulement. En médecine du sommeil plus les symptômes sont subtils, plus les moyens mis en œuvre pour les étudier et les comprendre sont complexes. Et pour l’insomnie, nous sommes justement dans ce cas de figure avec une évolution du concept d’insomnie qui est en train de passer du statut du mal-être à celui de maladie.

Avec l’ISCD-3, l’entité « insomnie maladie » apparaît et va de pair avec une médicalisation plus structurée de sa prise en charge. Celle-ci est justifiée dans l’insomnie chronique qui doit comporter, comme dans toute maladie chronique, un bilan étiologie systématisé, qui implique souvent plusieurs acteurs car il n’y a pas « d’organe sommeil » mais un système intriqué où chaque pièce du puzzle, psychologique, psychiatrique et somatique, a sa place dans la compréhension de l’insomnie et sa prise en charge.

C’est pourquoi ce livre est conçu comme un outil de travail qui va aider le clinicien à comprendre, analyser, explorer, et traiter le patient insomniaque. Savoir comment fonctionne le sommeil, assimiler ses mécanismes de base, intégrer l’importance de la régulation des rythmes est indispensable pour expliquer à l’insomniaque ce qu’il doit améliorer. Mais il faut aussi connaître les différentes pathologies qui s’intriquent à l’insomnie et qui font qu’à 50 ans on n’est plus le même insomniaque qu’à 20 ans. L’insomnie évolue avec l’âge, change de nature et donc, de prise en charge.

Sur le plan thérapeutique, les thérapies cognitivo-comportementales sont indispensables dans tous les cas, mais elles restent insuffisantes si le diagnostic n’a pas pris en compte les multiples comorbités possibles qui doivent aussi être traitées pour que le patient retrouve une gestion satisfaisante de son sommeil. La prise en charge du patient insomniaque s’avère un travail collaboratif, pluridisciplinaire où presque toutes les spécialités médicales sont concernées, en association avec les somnologues et psychologues spécialisés dans l’insomnie.

S. Royant-Parola

Table des matières

Chapitre 1
L’insomnie aujourd’hui

Chapitre 2
Physiologique du sommeil

Chapitre 3
Genèse de l’insomnie et ses conséquences

Chapitre 4
Clinique de l’insomnie

Chapitre 5
Insomnies comorbides et tableaux particuliers

Chapitre 6
Les traitements de l’insomnie

Chapitre 7
Mise en pratique et cas cliniques

Cliquez pour lire la table des matières détaillée

© 2017, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Ouvrage coordonné par

Sylvie Royant-Parola
MD, psychiatre, Praticien Attachée, Présidente du Réseau Morphée, Paris.
Agnès Brion
MD, psychiatre, ancien Praticien Attachée des hôpitaux, vice-présidente du Réseau Morphée, Paris.
Isabelle Poirot
MD, PH, psychiatre, unité de sommeil, service de psychiatrie adulte, Hôpital Fontan 1, CHRU, Lille.

Vous venez de lire l’introduction et la table des matières de l’ouvrage Prise en charge de l’insomnie

à lire aussi sur le blog

Prise en charge de l’insomnie : le cas clinique de Madame T

 

Laissez un message

Auteur(s): Sylvie Royant-Parola, Agnès Brion, Isabelle Poirot

Partager:

Réagir à cet article