Les tissus, BTS Esthétique Cosmétique Parfumerie

Les tissus

Savoirs attendus

■ Les différents types de tissus de l’organisme humain.

■ Les epithelia ou tissus épithéliaux.

Une peau particulière. Cette culture de kératinocytes n’est pas une « peau » : elle est dépourvue du derme sous-jacent. Mais elle a permis de révolutionner le traitement des brûlés graves en raccourcissant la période dangereuse d’infections, de pertes liquidiennes, de troubles métaboliques. © Fotolia.com

 


Si les êtres vivants formés d’une seule cellule, comme l’amibe, effectuent seuls tous les actes de la vie, chez les organismes plus compliqués, chaque fonction est remplie par un groupe de cellules qui ont subi des modifications de leur forme et de leur structure au cours de la vie embryonnaire. Un tel groupe de cellules constitue un tissu, dont l’étude est l’histologie.


1 Les différents types de tissus de l’organisme humain

> Un tissu est un groupe de cellules ayant la même morphologie et la même structure pour remplir une fonction déterminée.

> L’organisme humain est constitué de quatre sortes de tissus : le tissu épithélial, le tissu conjonctif étudié dans le chapitre 8 consacré au derme, qui en est le modèle, le tissu musculaire (cf. chapitre 5), le tissu nerveux (cf. chapitre 11). Tous les organes contiennent ces quatre types de tissus.

Fig. 4.1. Les quatre types de tissus qui confectionnent l’organisme humain.

(Cliquez pour agrandir)

2 Focus sur les epithelia ou tissus épithéliaux

> Un tissu épithélial, ou epithelium (mot latin exigé dans la nomenclature internationale – et non épithélium – ce qui donne au pluriel epithelia), est un tissu formé de cellules étroitement serrées les unes contre les autres.

> Il existe deux groupes d’epithelia : les epithelia de revêtement et les epithelia glandulaires

1 Les epithelia de revêtement

> Les epithelia de revêtement recouvrent la surface du corps. L’épiderme en est le modèle.

> Des epithelia tapissent également les « cavités » de l’organisme en communication avec l’extérieur. Ils reposent sur du tissu conjonctif, cet ensemble constituant une muqueuse.

➡ Les différentes variétés d’epithelia de revêtement

Les epithelia de revêtement sont constitués de cellules qui ont des aspects différents

Fig. 4.2. Trois formes de cellules constituent les epithelia de revêtement.

Les epithelia de revêtement ont un nombre plus ou moins important de couches de cellules

> Lorsqu’ils sont constitués d’une seule couche de cellules, les epithelia de revêtement sont dits epithelia « simples » .

> Lorsqu’ils sont constitués d’une superposition d’au moins deux couches de cellules et plus (jusqu’à plusieurs centaines), ils forment des epithelia « stratifiés » .

Fig. 4.3. Les cellules des epithelia de revêtement s’organisent en une ou plusieurs couches.


A noter

› Plutôt que « couche » de cellules, il est préférable d’employer le terme d’« assises » cellulaires. « Assise » est ici un mot employé dans son premier sens : « rangée de pierres qu’on pose horizontalement pour construire un mur ».

› La forme des cellules les plus superficielles donne son nom final à l’epithelium de revêtement : stratifié squameux, stratifié cuboïde ou stratifié prismatique.

› Les kératinocytes de l’épiderme forment un epithelium de revêtement stratifié squameux.


➡ Les caractéristiques des epithelia de revêtement

Fig. 4.4. Caractéristiques des epithelia de revêtement.

2 Les epithelia glandulaires et les glandes

Les epithelia glandulaires sont des régions d’epithelia de revêtement qui s’enfoncent dans le tissu conjonctif sous-jacent pendant la vie embryonnaire et forment des organes appelés glandes.

Lorsqu’elles restent attachées à l’epithelium d’origine, ces formations sont des glandes exocrines. Lorsqu’elles s’en détachent dans une région richement irriguée, elles constituent des glandes endocrines.

➡ Définition d’une « glande » / Mode d’excrétion des deux variétés de glandes

> Une glande est un organe qui fabrique (on dit plutôt « qu’elle sécrète ») une substance utile à l’organisme (nommée « sécrétion »), qu’elle déverse (on dit plutôt « qu’elle excrète ») soit à l’extérieur de l’organisme, soit directement dans le sang.

> Il existe deux variétés de glandes qui diffèrent par leur mode d’excrétion, c’est-à-dire le mode de rejet hors de la glande de la substance produite (= « sécrétée ») : les glandes exocrines et les glandes endocrines.

Fig. 4.5. Glandes exocrines / Glandes endocrines : définitions et modes d’excrétion.

➡ Les deux variétés de glandes exocrines

> Il existe deux variétés de glandes exocrines : les glandes acineuses et les glandes tubuleuses.

Fig. 4.6. Les deux variétés de glandes exocrines.
Ces deux variétés de glandes sont présentes dans la peau

 

➡ Les glandes endocrines et le système endocrinien

> Les glandes endocrines constituent le système endocrinien qui organise, en étroite collaboration avec le système nerveux, le fonctionnement des tissus et organes du corps.

> Il intervient par des substances chimiques, appelées hormones, qui sont sécrétées et déversées dans le sang par des glandes endocrines. Les hormones parviennent ainsi à chacune des 60 000 milliards de cellules de notre organisme. Mais seul un petit nombre d’entre elles, les cellules cibles, vont détecter et répondre au message.
Les réactions des tissus ou des organes surviennent généralement après un temps de latence plus ou moins long. En contrepartie, elles durent plus longtemps que les réactions induites par le système nerveux.

 Les hormones

> Une hormone est une substance chimique élaborée par une glande endocrine et qui, par voie sanguine, exerce une action spécifique sur des « organes cibles » ou sur des « cellules cibles » dispersées dans l’organisme.

> La sécrétion des hormones est épisodique, en fonction des besoins de l’organisme, les cellules endocrines disposant d’un « stock » d’hormones prêtes à l’emploi…

Fig. 4.7. Le fonctionnement des hormones : de la glande endocrine aux cellules cibles…


Hormone est un mot issu du grec hormân qui signifie « exciter », les premières hormones découvertes ayant une action stimulante.

On a conservé cette appellation, bien que l’on sache qu’il existe des hormones qui freinent l’activité de cellules ou d’organes.


Anatomie : identification et localisation des glandes endocrines

Fig. 4.8. Localisation des glandes endocrines.

 


A noter

 L’hypothalamus est une structure du système nerveux cérébro-spinal située dans l’encéphale juste au-dessus du tronc cérébral. Il réalise la liaison entre le système nerveux et le système endocrinien par le biais de l’hypophyse et intervient dans diverses fonctions, notamment la thermorégulation.


Physiologie

Principaux rôles des glandes endocrines

Fig. 4.9. Principaux rôles des hormones produites par les glandes endocrines.

 

 

Les hormones sexuelles

Les hormones sexuelles masculines sont les androgènes. Elles sont produites :

  • chez l’homme par les testicules et les glandes surrénales ;
  • chez la femme par les glandes surrénales.

Les hormones sexuelles féminines sont :

  • les œstrogènes (œstradiol essentiellement), produits par les ovaires ;
  • la progestérone, produite par les ovaires et les glandes surrénales.

© 2018 Elsevier Masson SAS
Tous droits réservés.

Vous venez de lire le chapitre 4 Les tissus de la partie 1 Bases d’étude du corps humain de l’ouvrage BTS Esthétique, Cosmétique et Parfumerie Tout le programme en biologie, dermatologie et cosmétologie.

Auteurs

Gérard Peyrefitte
Médecin, enseignant en biologie et dermatologie

Marie-Claude Martini
Ancienne professeure à la faculté de pharmacie Université Claude-Bernard-Lyon I

Illustrations de Jérôme Camponovo, Élie Debreuve et Éric Debuiche

Ont collaboré à la rédaction de cet ouvrage :

Élie Debreuve
Professeur de biologie et de cosmétologie
Joëlle Podevin
Professeur de biochimie et de génie biologique
Bernard Rolly
Docteur en phytochimie
Chantal Tchouatcha
Docteur en biochimie

 

à voir sur le blog

Interview du Docteur Gérard Peyrefitte, directeur de la collection Esthétique, Cosmétique, Parfumerie

Esthétique, Cosmétique, Parfumerie : nos ouvrages

 

 

Laissez un message

Auteur(s): Gérard Peyrefitte, Marie-Claude Martini

Partager:

Réagir à cet article