Publications

STAGE INFIRMIER : Travaux dirigés sur le décodage de situations prévalentes et leur corrigé

Situation 1 – Compétence 1 : repérage des éléments d’un délire chez un adolescent en CMP

Repérage des éléments constitutifs d’un délire chez un adolescent présentant une symptomatologie délirante, consultant pour la première fois en CMP.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Clarification du rôle de l’étudiant

PLAN DU CHAPITRE

■ Décodage du référentiel

■ Activités à mettre en œuvre

  • Préparer le stage
  • Se présenter en stage
  • Présenter votre portfolio et partager son contenu avec les soignants
  • Manifester de l’intérêt pour vos apprentissages
  • Acquérir une posture de futur professionnel

■ Contribution à votre évaluation

  • Actions
  • Outils

Voir l’intégralité de l’article ≫

Dopage : Addiction ou pas ?

Le dopage est-il une addiction ?

Michel Audran et Guillaume Suderie

Les relations entre dopage et addiction sont régulièrement mises en avant. D’ailleurs, ne compare-t-on pas un sportif dopé à un toxicomane ? Si d’anciens sportifs sont devenus toxicomanes au décours de leur carrière ou de situations d’échec, la consommation de substances à potentiel addictogène interdites à des fi ns de performance peut-elle générer un réel phénomène d’addiction ?

L’objectif de cette communication est de discuter des liens pouvant exister entre dopage et addiction à partir de deux approches, l’une pharmacologique, l’autre anthropologique. Voir l’intégralité de l’article ≫

Finalité soignante et moyens professionnels, par Walter Hesbeen

Les professionnels de la relation de soin1 ont acquis par leurs formations et leurs expériences des moyens intellectuels et techniques en vue de venir en aide aux personnes concernées par les différentes formes de maladies et d’anomalies physiologiques et les conséquences de celles-ci sur le décours quotidien de la vie et jusqu’à la fin de celle-ci. De l’aide est également apportée à l’occasion de la naissance d’un enfant depuis ce qui prépare et précède sa venue au monde jusqu’à l’accompagnement des premiers pas des nouveaux parents.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Comment prévenir l’Obésité infantile ?

Prévenir l’obésité de l’enfant

La prévalence de l’obésité augmente dans le monde, à la fois en Europe mais aussi dans les pays à économie émergente. Le risque de surpoids doit être pris en compte dès l’enfance. La prévention inclut le suivi régulier des courbes de corpulence et des mesures simples d’éducation pour la santé. Le rôle de l’adulte est primordial afin de proposer des initiatives originales et ludiques en la matière.

© 2017 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

Mots clés – éducation ; petite enfance ; obésité ; prévention

Sandra FERREIRA

Voir l’intégralité de l’article ≫

Présentation du système tégumentaire

Savoirs à acquérir

 Annotation d’une coupe de peau :

– caractéristiques de la peau et facteurs de variation.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Psychothérapie de groupe et groupes d’entraide en addictologie

Plan du chapitre

G. Dufayet, psychologue clinicien, département de psychiatrie et d’addictologie, hôpital Bichat-Claude-Bernard – Beaujon, AP-HP, Paris.
M. Claudon, psychologue clinicienne, département de psychiatrie et d’alcoologie, hôpital Bichat-Claude-Bernard, AP-HP, Paris.

Les psychothérapies de groupe, quel que soit le modèle auquel elles se réfèrent, sont indispensables à la prise en charge des malades dépendants. Elles sont complémentaires des autres modes de prise en charge.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Aplomb et mouvement

Introduction

Aplomb et degrés de liberté des segments corporels (biomécanique et équilibre tonique : deux facteurs indépendants)

L’examen clinique postural nous fait régulièrement constater des restrictions de mobilité articulaire labiles pour nous, posturologues ; en effet, à la moindre manipulation d’une entrée du système postural d’aplomb , elles peuvent disparaître ou se renforcer. Il est impensable de rattacher ces restrictions de mobilité à autre chose qu’aux muscles ; la géométrie des surfaces articulaires , elle, ne peut pas changer ainsi d’un instant à l’autre. Certes, nous savons que la commande motrice dépend de l’intégration de l’ensemble des informations posturales , mais au niveau de l’effecteur musculaire , nous sommes mal armés pour comprendre ce que nous observons ; c’est pourquoi nous avons demandé à Olivier Gagey, chirurgien orthopédique, professeur d’anatomie, journellement au contact de la matière musculaire, de nous expliquer ce qu’impliquent les comportements musculaires que nous observons ; leurs variations instantanées de direction et d’intensité cadrent mal avec le concept traditionnel du muscle ficelle.

Pierre Marie Gagey

Voir l’intégralité de l’article ≫

Se présenter au concours aide-soignant et auxiliaire de puériculture

Des réponses à vos questions

  1. Existe-t-il une limite d’âge pour suivre les études d’aides-soignants ou d’auxiliaires de puériculture ?

Les candidats doivent être âgés de 17 ans au moins a la date d’entrée ; aucune dispense d’âge n’est accordée. Il n’est pas prévu d’âge limite supérieur.

  1. Quel diplôme posséder pour se présenter au concours d’entrée dans les instituts d’aides-soignants et d’auxiliaires de puériculture ?

Aucune condition de diplôme n’est exigée.

L’épreuve écrite de tests d’aptitude est obligatoire pour les AP. Pour les AS, se présentent directement à l’épreuve d’admission :

  • les candidats titulaires d’un titre ou diplôme homologue au minimum d’un niveau IV ;
  • les candidats titulaires d’un titre ou diplôme du secteur sanitaire et social homologue au minimum au niveau V ;
  • les étudiants ayant suivi une première année d’études conduisant au diplôme d’Etat d’infirmier et n’ayant pas été admis en deuxième année.
  • les candidats titulaires d’un titre ou d’un diplôme étranger leur permettant d’accéder directement a des études universitaires dans le pays où il a été obtenu.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Les différents sports de montagne et leur pathologie associée

L’activité sportive en montagne revêt des aspects extrêmement divers, depuis les sports de glisse sur neige jusqu’à l’alpinisme, en passant par la randonnée, les sports aériens, la spéléologie et les activités en eau vive. Nous ne traiterons pas ici du ski alpin en station, dont les aspects pathologiques et notamment traumatologiques sont spécifiques.
Les aptitudes physiques et physiologiques visant la performance dans les sports de montagne sont peu spécifiques, à l’inverse d’autres pratiques sportives. Les commissions médicales des fédérations sportives en charge des compétitions n’ont pas les mêmes orientations que les fédérations de loisir, qui prônent la sécurité dans leurs pratiques. Ces dernières sont associées à des pathologies et une traumatologie particulière qui nécessitent souvent une prise en charge spécifique.

Jean-Pierre Herry Médecin du sport, ancien médecin de l’École nationale du ski et de l’alpinisme
Alice Gavet Médecin du sport à l’École nationale du ski et de l’alpinisme

Voir l’intégralité de l’article ≫