Paroles d’expert – Cancérologie

Reconstruction mammaire : lipomodelage

Découvrez cette vidéo, complément en ligne de l’ouvrage Chirurgie du cancer du sein et reconstruction mammaire

Voir l’intégralité de l’article ≫

Cancer du sein : chirurgie d’exérèse des ganglions

PLAN DU CHAPITRE
Curage axillaire
Ganglion sentinelle
Curage de la chaîne mammaire interne (CMI)
Drainage

Pendant longtemps, le seul geste pratiqué était le curage axillaire. Il s’agissait d’une ablation de tous les ganglions des premier et deuxième étages du creux axillaire (cf. fig. 1.4) entraînant des complications et des séquelles que nous connaissons tous et qui sont loin d’être négligeables (troubles sensitifs, douleurs résiduelles, lymphœdème du bras…).

Voir l’intégralité de l’article ≫

Démarches d’amélioration de la qualité et gestion des risques en radiothérapie

N. Pourel a , C. Meyrieux b , B. Perrin c

Résumé

Les démarches d’amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins existent depuis de nombreuses années dans les structures de soins (établissements de santé, centres libéraux). Peu à peu, elles se sont formalisées et structurées. Ce texte de recommandations a pour objectif de décrire l’articulation de la démarche qualité et de la gestion des risques en décrivant sa structuration autour de la politique qualité–sécurité, l’approche processus, la gestion documentaire et la mesure de la qualité. Des outils de gestion des risques tels que la démarche de retour d’expérience, la cartographie des risques a priori et les to-do-list et autres check-list sont donnés en exemple et proposés comme pratiques à recommander.

Mots clés : Qualité; Risques; Processus; Gestion; Radiothérapie

© 2016 Société française de radiothérapie oncologique (SFRO). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Voir l’intégralité de l’article ≫

Traitements du futur dans la prise en charge du cancer

Vers un traitement individualisé du cancer du sein

M. Campone : PU-PH, oncologue médical, service d’oncologie médicale, Institut de cancérologie de l’Ouest, site René Gauducheau, Nantes.

Introduction

Les chapitres précédents ont permis de faire un état des lieux de la prise en charge du cancer du sein à l’aube du XXIe siècle. Ainsi, la décision d’un traitement adjuvant de chimiothérapie, d’une thérapie anti-estrogénique ou d’une thérapie anti-HER2 repose sur des algorithmes qui sont cliniques et anatomopathologiques exclusivement [1]. Cependant, il s’agit d’une approche globalisée, qui s’applique au plus grand nombre, mais qui est prise en défaut aux deux extrémités de la courbe de Gauss. Une fraction de la population sera sous-traitée ou surtraitée ou encore présentera une toxicité importante. Il convient par conséquent de mieux individualiser les indications des traitements adjuvants. Si le siècle des Lumières a été le siècle des sciences et des idées, le XXIe siècle sera probablement le siècle de la médecine individualisée. Voir l’intégralité de l’article ≫

Retravailler après un cancer

Qualité de vie au travail des salariés touchés par un cancer

Catherine Boucher-Masson
SNCF, Limoges, France Adresse e-mail : catherine.boucher-masson@sncf.fr

Contexte

En France, 1 000 personnes par jour apprennent qu’elles ont un cancer.
Deux ans après la survenue d’un cancer, le taux d’emploi n’est que de 73 % ; 40 % des personnes ayant retrouvé leur poste se disent victimes de discriminations.
Dans le cadre de sa politique de soutien et d’accompagnement aux salariés de la SNCF, la mission handicap et emploi début 2014 a décidé d’initier avec l’association cancer@Work, une démarche innovante d’insertion, de maintien dans l’emploi et de qualité de vie au travail des salariés touchés par un cancer, sur 2 sites pilotes : Saint Denis et limoges. La SNCF s’inscrit comme d’autres entreprises pionnières, dans cette démarche.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Diagnostic du carcinome canalaire in situ : 3 recommandations nationales françaises*

RECOMMANDATIONS

Ductal carcinoma in situ diagnosis: 3 French national guidelines

Résumé

Objectif. — Depuis les dernières recommandations nationales élaborées par l’Institut national du cancer (INCa) et la Société française de sénologie et de pathologie mammaire (SFSPM) sur l’ensemble de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des carcinomes canalaires in situ (CCIS), de nouvelles publications ont fait émerger des interrogations en termes de bonnes pratiques et sur les possibilités de désescalade thérapeutique dans la prise en charge des CCIS. L’actualisation de ces recommandations intervient dans un contexte de questionnement sur le sur diagnostic et son corollaire le surtraitement. Elle met à la disposition des professionnels des informations sur les bonnes pratiques correspondant à l’état le plus récent des connaissances scientifiques et étudie notamment les possibilités de désescalade thérapeutique.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Inhibiteurs de BRAF

Les inhibiteurs de BRAF et leurs applications potentielles en pédiatrie

Potential use of BRAF inhibitors in paediatric oncology

Résumé

Les inhibiteurs spécifiques de BRAF (vémurafénib et dabrafénib) ont été largement étudiés ces dernières années dans le traitement des mélanomes BRAFV600E mutés de l’adulte non résécables ou métastatiques. Ces données ont permis d’envisager le traitement d’autres néoplasies associées à cette mutation oncogénique BRAFV600E, dont des tumeurs pédiatriques. En oncologie pédiatrique, ce sont essentiellement des sous-types de tumeurs gliales de bas grade et de haut grade, des formes multisystémiques d’histiocytose langerhansienne, ainsi que chez l’adolescent les mélanomes et les carcinomes papillaires thyroïdiens qui représentent de potentielles indications. Des premiers cas cliniques publiés ont montré des résultats très prometteurs. Ces pathologies étant très différentes les unes des autres, le défi sera de déterminer la posologie pédiatrique optimale et la durée du traitement à l’aide d’études cliniques dont un certain nombre sont déjà en cours. Également, la tolérance de ces traitements, qui ont montré des toxicités spécifiques avec en particulier la survenue de cancers cutanés, va être un élément important à évaluer.

© 2016 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

MOTS CLÉS : BRAF ; Oncologie pédiatrique ;

Voir l’intégralité de l’article ≫

Mélanome

C. Mateus, F. Lemare, C. Robert
Chapitre extrait de l’ouvrage Pharmacie Clinique Pratique en Oncologie

Le mélanome a longtemps bénéficié de l’image d’un cancer particulier au pronostic très péjoratif du fait de sa forte capacité à produire des métastases. En pratique, les cellules cancéreuses se développent à partir des mélanocytes normaux produisant alors un mélanome de novo ou sur un nævus préexistant. L’arrivée récente de nouvelles stratégies thérapeutiques basées sur l’utilisation de thérapies ciblées et sur l’immunothérapie modifie considérablement le pronostic de cette pathologie. En effet, alors qu’il s’agissait jusqu’il y a peu de temps de l’un des cancers les moins sensibles aux traitements cytotoxiques classiques, le mélanome est aujourd’hui le principal modèle de développement de nouvelles thérapeutiques qui seront progressivement appliquées à d’autres cancers. Voir l’intégralité de l’article ≫