Paroles d’expert – Imagerie Médicale

IRM du coude

J.-L. Montazel, J.-L. Drapé

PLAN DU CHAPITRE

Technique

Lésions ligamentaires

Lésions tendineuses

Ostéochondrite disséquante, atteinte ostéochondrale et corps étrangers intra-articulaires

Atteinte inflammatoire

Neuropathies

Fractures

Voir l’intégralité de l’article ≫

Corps étrangers pénétrants

Radiographies standard

Corps étrangers des tissus mous 

  • Deux incidences : obliques ou orthogonales pour éviter les superpositions osseuses.

Corps étrangers orbitaires 

  • Deux incidences de face : avec obliquité vers le haut et vers le bas.

Imagerie alternative ou complémentaire aux radiographies

Corps étrangers des tissus mous 

  • Superficiel : échographie. 
  • Pénétrant en profondeur : scanner ou IRM.

Corps étrangers orbitaires 

  • Scanner ou IRM.

Corps étrangers de diagnostic difficile

  • Verre caché par l’os
  • CE profonds

Abréviations

CE, corps étranger ;
IRM, imagerie par résonance magnétique ;
PA, postéro-antérieur. Voir l’intégralité de l’article ≫

Échographie Doppler des troncs supra-aortiques

A. Long

Les troncs supra-aortiques (TSAo) assurent la vascularisation de la tête et des membres supérieurs. L’échographie Doppler des TSAo explore les segments proximaux et cervicaux de ces artères. La pathologie artérielle la plus fréquente est la maladie athéroscléreuse. Les autres pathologies sont les dysplasies, les dissections, les lésions radiques et les maladies inflammatoires. Voir l’intégralité de l’article ≫

Formation médicale continue : le point sur…

Douleur mammaire et imagerie

Résumé

La douleur mammaire est un motif fréquent de consultation, anxiogène pour les patientes. On distingue les douleurs mammaires cycliques, non cycliques et les douleurs mammaires associées à d’autres symptômes. Les causes sont multiples, habituellement bénignes. L’interrogatoire et l’examen clinique sont essentiels pour déterminer des facteurs favorisants. Même si l’imagerie n’est pas toujours nécessaire en cas de douleur mammaire isolée, elle reste utile pour le diagnostic de causes spécifiques comme des kystes sous tension, des adénofibromes géants ou une thrombophlébite de Mondor. L’échographie est l’examen de première intention, avant la mammographie, l’IRM ou la biopsie qui peuvent être indiquées en cas d’anomalies suspectes. Certains cancers peuvent être révélés par une douleur, ce qui implique que la douleur mammaire doit toujours être prise en considération par les radiologues et les cliniciens. Voir l’intégralité de l’article ≫

Cas clinique : Troubles de la mémoire et céphalées chroniques chez un homme de 65 ans.

Présentation du cas

Description du cas clinique

Troubles de la mémoire et céphalées chroniques chez un homme de 65 ans.

cas_clinique-neuro_imzgerie-fig57-1

Question

Comment analysez-vous les coupes IRM en T2-FLAIR, en densité protonique et en T2 (Fig 57.1) ? Quel diagnostic évoquez-vous ?

Voir l’intégralité de l’article ≫

Spécificités de la radiothérapie

Élisabeth Moerschel

1. Historique

La radiothérapie, littéralement « traitement utilisant les radiations ionisantes », est née avec la découverte des rayons X et celle de la radioactivité. Avec elles, tous les espoirs étaient permis, toutefois elle a dû rapidement faire face à de nombreuses contraintes. Aujourd’hui utilisée majoritairement dans le traitement de maladies cancéreuses, elle a fait l’objet de progrès considérables dans le domaine de la technologie des appareils, des techniques de traitement et de la dosimétrie.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Échographie 3D et 4D

L’échographie en trois dimensions dite 3D consiste en l’acquisition d’un volume de forme pyramidale tronquée en haut. De ce volume, plusieurs types d’informations peuvent être exploités.
Dans le mode plan, chaque écho est appelé pixel ; dans le mode volumique, cet écho est appelé voxel. Ces voxels ont une forme en pavé. La qualité de l’information recueillie dépend de l’angle d’incidence. Comme en mode biplan, une structure perpendiculaire aux ultrasons est bien visible alors qu’une structure oblique ou parallèle aux ultrasons est peu ou non visible. Avant d’effectuer une acquisition, les cônes d’ombre doivent être anticipés. Voir l’intégralité de l’article ≫

Imagerie médicale : Produits de contraste

Étude des produits de contraste en Imagerie médicale

Élisabeth Moerschel

Introduction

L’imagerie médicale est fondée sur l’étude des contrastes tissulaires liés aux procédés physiques utilisés et à la nature physico-chimique des tissus. Très vite, pour augmenter et/ou confirmer les informations fournies par l’image, l’idée d’administrer des produits pour accentuer les contrastes s’est imposée aux utilisateurs. Aujourd’hui, nombreux sont les examens qui s’effectuent avec l’administration de « produits de contraste », bien entendu « adaptés » à la technique d’imagerie. Pour le manipulateur, habilité à les administrer au patient dans le cadre réglementaire du décret d’actes et d’exercice, le fait d’en connaître les indications et contre-indications, leur composition, leur mode d’administration, leur élimination objective les compétences à acquérir.

© 2016, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

Voir l’intégralité de l’article ≫