Paroles d’expert – Kinésithérapie Ostéopathie

De la biomécanique à la manipulation ostéo-articulaire : Rachis cervical

Niveau 1

Anamnèse

Le rachis cervical est une lordose dotée d’une grande mobilité où l’on retrouve nombre de dysfonctions le plus souvent adaptatives à ce qui se passe au rachis dorsal ou sur les sphères masticatrices, oculaires (occulo-céphalo-gyrie) ou encore sur la chaîne pharyngo- pré-vertébrale ou dure-mérienne. Voir l’intégralité de l’article ≫

Le cou dans l’ATLAS d’anatomie palpatoire de Serge Tixa

Le cou : principaux nerfs et vaisseaux

Innervation cutanée du membre supérieur, de la tête et du cou, vue antérieure

Innervation cutanée du membre supérieur, de la tête et du cou, vue postérieure

Cliquez sur la planche ci-dessous pour agrandir

Voir l’intégralité de l’article ≫

Malléole latérale en antériorité ou en postériorité

Restriction de mobilité de la malléole latérale en postériorité ou en antériorité (Extrait du chapitre 6 de l’Atlas de techniques articulaires ostéopathiques)

Diagnostic

Fig. 6.2

fig6-2

Test de mobilité, phase 1
Le sujet est en décubitus, le pied est situé à l’extrémité de la table. Le praticien vient placer la cuisse gauche à la face plantaire du pied du sujet. Voir l’intégralité de l’article ≫

Intérêt de l’isocinétisme pour la rééducation

Rééducation : Intérêt de l’isocinétisme

Auteurs : Pascal Edouard , Francis Degache , François Fourchet

Résumé

Les possibilités de contrôle de différents paramètres tels que la position, l’amplitude articulaire, la vitesse de mouvement, le mode de contraction (notamment excentrique), la force développée (résistance opposée par des valeurs seuils maximales), le volume et l’intensité de l’exercice, font des dynamomètres isocinétiques des outils très intéressants dans le cadre du renforcement musculaire intervenant dans la rééducation d’un patient. Les applications sont multiples autant pour les pathologies de l’appareil locomoteur que les pathologies neurologiques et cardio-vasculaires. Les protocoles de renforcement doivent être adaptés aux pathologies, aux stades lésionnels, à la tolérance du sujet et du tissu, et aux contre-indications. Cependant, les connaissances actuelles autant sur les protocoles de renforcement à utiliser que sur l’efficacité même de ces protocoles sont modestes.

Mots-clés : renforcement musculaire ; rééducation ; excentrique ; protocole ; intensité ; volume ; pathologie.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Musculation : 12 conseils avant de commencer

L’ouvrage Musculation : épidémiologie et prévention des blessures ne se contente pas de décrire les pathologies induites par la musculation. Il entend surtout être un moyen de prévention des blessures par la mise en valeur, à l’usage des coachs et des pratiquants, des méthodes et mouvements à risques. Quoi de plus naturel donc de commencer cette prévention par une liste de conseils préalables à la pratique. Ces quelques précautions étant volontairement ou non ignorées par bon nombre de pratiquants, elles permettront aux coachs et professionnels de la santé de déterminer les conditions d’une pratique initiale sécurisante de la musculation.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Médecine énergétique

Technique énergétique

Chapitre 11 : Extrait de l’ouvrage : Taping
Ramin Ilbeygui,
Traduit par Florence Almosni-Le-Sueur

Fondements de la médecine énergétique

Bon nombre de médecines orientales, comme la médecine traditionnelle chinoise (MTC) et la médecine tibétaine ou ayurvédique, partent du principe de l’existence d’une force vitale universelle agissant aussi bien sur la nature que sur les hommes. Ces énergies (ou plutôt ces matières fines) agissent par conséquent comme des forces et influencent non seulement les sensibilités psychique et émotionnelle, mais également l’ensemble des événements physiologiques. Cette énergie vitale universelle est appelée « Qi » (en Chine) ou « prana » (en Inde). C’est son écoulement sans obstacle qui garantit la santé. En revanche, lors de déficit de Qi ou de stagnation de Qi , le mouvement physiologique du flux de Qi est entravé et des troubles ou des maladies peuvent alors se développer.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Manipulations générales en ostéopathie pour les déséquilibres de la sphère pelvienne

Le traitement de l’utérus ne peut se faire isolément, il n’est envisageable que dans un contexte global, n’oubliez jamais la notion de lésion globale. Ce sont avant tout les tests d’écoute, qu’ils soient généraux ou locaux, qui doivent vous amener vers l’organe à traiter et pas seulement la plainte de la patiente ou sa symptomatologie. Son corps indique à votre main, l’endroit où il a besoin de votre aide.
Gardez en mémoire qu’utérus et vessie sont indissociables, on parle de complexe vésico-utérin : la liberté de l’un conditionne la liberté de l’autre.
Le traitement se fait dans la continuité des tests, il en est le prolongement. Son but est de restaurer une bonne mobilité et motilité en levant les fixations.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Lymphoedèmes secondaires du membre supérieur après cancer du sein

couv

S. Alran, A. Arnaud, J.-C. Biffaud, J.-C. Ferrandez, P. Heudel

Voir l’intégralité de l’article ≫

Mobilier scolaire et lombalgies chez l’enfant et l’adolescent

Les lombalgies sont des pathologies qui débutent souvent dès l’adolescence.

Leurs causes sont diverses et le rôle des professionnels de la santé scolaire est primordial dans leur dépistage et leur prévention. Voir l’intégralité de l’article ≫

Décision kinésithérapique : Lucienne D. Vertige positionnel paroxystique bénin (VPPB)

Decision physiotherapy workshop: Lucienne D. Benign paroxysmal positional vertigo (BPPV)

 

Auteurs
Mots clés

Lucienne, 78 ans, sort du cabinet de l’oto-rhino-laryngologiste (ORL) qui a diagnostiqué un vertige positionnel paroxystique bénin (VPPB) responsable de crises vertigineuses lors des mouvements de tête et d’une instabilité importante qui la gêne dans ses activités quotidiennes, quand elle se penche en avant, quand elle regarde en l’air, et surtout quand elle se lève le matin.

Voir l’intégralité de l’article ≫