Paroles d’expert – Médecine du sport

Intérêt de l’isocinétisme pour la rééducation

Rééducation : Intérêt de l’isocinétisme

Auteurs : Pascal Edouard , Francis Degache , François Fourchet

Résumé

Les possibilités de contrôle de différents paramètres tels que la position, l’amplitude articulaire, la vitesse de mouvement, le mode de contraction (notamment excentrique), la force développée (résistance opposée par des valeurs seuils maximales), le volume et l’intensité de l’exercice, font des dynamomètres isocinétiques des outils très intéressants dans le cadre du renforcement musculaire intervenant dans la rééducation d’un patient. Les applications sont multiples autant pour les pathologies de l’appareil locomoteur que les pathologies neurologiques et cardio-vasculaires. Les protocoles de renforcement doivent être adaptés aux pathologies, aux stades lésionnels, à la tolérance du sujet et du tissu, et aux contre-indications. Cependant, les connaissances actuelles autant sur les protocoles de renforcement à utiliser que sur l’efficacité même de ces protocoles sont modestes.

Mots-clés : renforcement musculaire ; rééducation ; excentrique ; protocole ; intensité ; volume ; pathologie.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Musculation : 12 conseils avant de commencer

L’ouvrage Musculation : épidémiologie et prévention des blessures ne se contente pas de décrire les pathologies induites par la musculation. Il entend surtout être un moyen de prévention des blessures par la mise en valeur, à l’usage des coachs et des pratiquants, des méthodes et mouvements à risques. Quoi de plus naturel donc de commencer cette prévention par une liste de conseils préalables à la pratique. Ces quelques précautions étant volontairement ou non ignorées par bon nombre de pratiquants, elles permettront aux coachs et professionnels de la santé de déterminer les conditions d’une pratique initiale sécurisante de la musculation.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Diabète de type II et activité physique

Ceci est le chapitre 6 de l’ouvrage  Prescription des activités physiques en prévention et en thérapeutique dont la 2e édition paraît le 10 février 2016 (chapitre écrit par Frédéric Depiesse et Jean-Luc Grillon)


Diabète de type II

Définition
Le diabète non insulinodépendant ou type II, ou diabète gras est une pathologie du pancréas multifactorielle où la pathogénie est assez complexe sur le défaut de sécrétion et d’utilisation de l’hormone hypoglycémiante qu’est l’insuline.

Ruptures du ligament croisé antérieur au cours du cycle menstruel chez les skieuses de loisir

par N. Lefevre , Y. Bohu, S. Klouche, J. Lecocq, S. Herman

Introduction

L’identification des facteurs de risque [1] de lésion du ligament croisé antérieur (LCA) permet l’élaboration de programmes de prévention adaptés [2]. Le risque de lésion du LCA serait quatre à huit fois plus élevé [3] chez les femmes que chez les hommes et ce à niveau sportif équivalent [4]. La différence de sex-ratio est variable selon le sport pratiqué [5] : 2,77 pour le football, quatre pour les sports de combat et cinq pour le handball. Ce risque est trois fois plus élevé chez les skieuses, aussi bien de loisir que de compétition [6, 7] par rapport à leurs homologues masculins. Une étude épidémiologique menée par Pujol et al. Voir l’intégralité de l’article ≫

Pathologies musculaires du sportif

Introduction

Les pathologies musculaires du sportif peuvent se présenter sur deux modes bien distincts : soit il s’agit d’un traumatisme avec un début brutal survenant pendant l’activité sportive, soit les douleurs vont apparaître de façon progressive et diffuse pendant, à l’arrêt ou à distance de la pratique du sport.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Alimentation du sportif

ar A.-X. Bigard et Y. Guezennec
Extrait de l’ouvrage «Médecine du sport pour le praticien», Coord. P. Rochcongar et D. Rivière,
paru en novembre 2013

Besoins énergétiques

Il est maintenant classique de considérer que la nutrition constitue un facteur important pour la réalisation des performances. Il convient cependant de rappeler que la nature de l’apport nutritionnel ne constitue que l’un des nombreux facteurs déterminant la performance, largement au second plan par rapport à la qualité de l’entraînements pécifique.
Voir l’intégralité de l’article ≫