Paroles d’expert – Médecine du travail

Intoxications accidentelles domestiques

C. Pulce : Praticien hospitalier

Centre antipoison, Hospices Civils de Lyon, site Lacassagne, 69424 Lyon cedex 03, France

Résumé

Les intoxications accidentelles domestiques sont fréquentes. Les produits mis en cause sont hétérogènes : médicaments, produits ménagers, plantes, produits d’hygiène et cosmétiques, matériel de bureau, pesticides à usage domestique, etc. Les expositions touchent le plus souvent l’enfant en bas âge, bien que l’adulte ne soit pas épargné par les projections oculaires, cutanées ou les ingestions de produits déconditionnés. Elles restent le plus souvent sans conséquence, ce qui ne doit pas faire oublier les situations les plus à risque du fait des produits (médicaments à faible marge thérapeutique, produits corrosifs comme la soude ou l’ammoniac, bifluorure d’ammonium), du fait des patients (antécédents neurologiques, cardiaques, déficients mentaux, etc.), du fait des circonstances d’intoxication (grandes quantités, produits très concentrés, etc.). Toute exposition doit donc bénéficier d’une évaluation de risque personnalisée qui prend en compte la toxicité des produits, les quantités mises en jeu, le patient, les circonstances d’intoxication et conduit à une prise en charge adaptée.

Mots-clés : Intoxication accidentelle, Accident domestique, Accident de la vie courante, Produits ménagers

Voir l’intégralité de l’article ≫

Harcèlement psychologique en milieu professionnel : comment réagissent les victimes

Clairement défini et condamné désormais en France et en Belgique, le harcèlement psychologique en milieu professionnel représente un risque pour un grand nombre de salariés.
Il s’accompagne de réponses individuelles identifiées et successives de la part des victimes, dont la satisfaction au travail et l’implication chutent en même temps que croissent leurs intentions de départ.
Un modèle conceptuel mis en évidence par une étude menée sur une cohorte de 6 175 personnes et dont les conclusions sont portées par les universitaires Gwénaëlle Poilpot-Rocaboy, Guy Notelaers et Lars Johan Hauge.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Cas pratiques : Situations de fragilisation et réhabilitation au travail

Cas pratique : L’appréhension de l’arrêt et du retour au travail

Matthieu Poirot
Psychologue et Docteur en sciences de gestion

Thibaut est gestionnaire grand compte dans une grande banque. Il approche de la cinquantaine et vient de vivre un divorce. Bien qu’il aime son travail, il sent qu’il n’a plus la même énergie. D’ailleurs son chef le lui dit aussi, en ponctuant sa phrase d’un « ressaisis-toi Thibaut ». Depuis 2 semaines, il entend des acouphènes dans son oreille gauche et lors d’une visite médicale, le médecin diagnostique une légère contraction dans l’oreille interne qui nécessite une intervention chirurgicale. À cette difficulté, s’ajoute une procédure de divorce qui se passe mal car sa femme ne veut rien lâcher sur l’immobilier qu’ils ont en commun. Pour pouvoir voir ses deux enfants, il doit à présent louer un appartement assez grand, ce qui va le mettre sous réelle pression financière : « Tiens, et si cela avait un lien avec la pression dans mon oreille interne ? », pense-t-il. À bout de force psychique, lui qui n’avait jamais pris d’arrêt, se met en maladie pour dépression. Avec angoisse, il se demande comment va être géré son retour au travail.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Retravailler après un cancer

Qualité de vie au travail des salariés touchés par un cancer

Catherine Boucher-Masson
SNCF, Limoges, France Adresse e-mail : catherine.boucher-masson@sncf.fr

Contexte

En France, 1 000 personnes par jour apprennent qu’elles ont un cancer.
Deux ans après la survenue d’un cancer, le taux d’emploi n’est que de 73 % ; 40 % des personnes ayant retrouvé leur poste se disent victimes de discriminations.
Dans le cadre de sa politique de soutien et d’accompagnement aux salariés de la SNCF, la mission handicap et emploi début 2014 a décidé d’initier avec l’association cancer@Work, une démarche innovante d’insertion, de maintien dans l’emploi et de qualité de vie au travail des salariés touchés par un cancer, sur 2 sites pilotes : Saint Denis et limoges. La SNCF s’inscrit comme d’autres entreprises pionnières, dans cette démarche.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Prévenir l’épuisement professionnel

Les professionnels s’occupant quotidiennement de très jeunes enfants peuvent être confrontés à l’apparition de signes d’épuisement physique et émotionnel : fatigue accrue, tensions, manque de motivation. Pour prévenir l’installation de l’épuisement professionnel Voir l’intégralité de l’article ≫