Paroles d’expert – Médecine

Obésité et Diabète, le véritable rôle des perturbateurs endocriniens

Résumé

Les perturbateurs endocriniens environnementaux (PEE) sont des molécules naturelles ou chimiques capables d’interférer avec le système endocrinien, mais également de perturber les voies de signalisation du métabolisme glucidique et lipidique. Ils sont ubiquitaires dans notre environnement quotidien, et impliqués dans de nombreuses pathologies, parmi lesquelles Voir l’intégralité de l’article ≫

Le point sur l’huile de palme, par le nutritionniste J.-M. Lecerf

Résumé 

L’huile de palme est l’objet de nombreuses critiques. Certaines sont liées a des considérations nutritionnelles. Le but de cet article est de faire le point objectif sur ses inconvénients et sur ses atouts, afin d’en tirer des conclusions sur sa place dans l’alimentation. Elle contient 50 % d’acides gras satures (AGS) et 50 % d’acides gras insaturés. Brute, elle est très riche en tocotrienols et en caroténoïdes (responsables de sa couleur rouge). En Occident, ce sont ses fractions raffinées qui sont souvent utilisées.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Tout le monde peut s’autoproclamer nutritionniste… qui l’est vraiment ?

Notre revue, Médecine des maladies Métaboliques, a choisi de s’intéresser, dès l’origine, à toutes les maladies métaboliques, et pas seulement aux diabètes. Ceci justifie le titre de notre revue. Certes, le diabète occupe, aujourd’hui, une place majeure, voire la place principale, parmi les maladies non transmissibles identifiées comme le nouvel enjeu santé du 21e siècle. Mais tout ce qui a trait à l’alimentation humaine est Voir l’intégralité de l’article ≫

Examen clinique devant une urgence

« Aucune maladie n’est plus propice à susciter l’humilité du médecin que l’anévrisme de l’aorte. »
Sir William Osler (1849–1919)

Au cours de votre formation, on vous demandera de devenir un expert dans la prise en charge des urgences cardiaques, et ce savoir doit régulièrement être remis à jour. Voir l’intégralité de l’article ≫

L’histoire de l’éducation thérapeutique du patient par le Professeur A.Grimaldi

Résumé

L’histoire de l’éducation thérapeutique du patient (ETP) a été fortement influencée par l’évolution des théories et des concepts en médecine, en psychologie, et en pédagogie. L’ETP a toujours existé sous forme de conseils, mais elle est réellement née en 1922 avec les premiers traitements par l’insuline de patients diabétiques de type 1. Elle a connu trois périodes. La première période s’étend sur un demi-siècle, la pédagogie était verticale, autoritaire, passive. La deuxième période débute dans les années 1970 ; elle est marquée par le développement créatif d’une pédagogie humaniste, active, constructiviste. La dernière période, depuis la fin du 20e siècle et ce début de 21e siècle, est dominée par l’approche par compétences et par le management par objectifs. Cette approche opératoire sous-estime l’importance du vécu émotionnel des patients. L’ETP deviendra-t-elle une simple prestation supplémentaire, ou définira-t-elle une autre médecine ?

Mots-clés : Éducation – evidence-based medicine – psychologie – pédagogie –compétence – vécu émotionnel.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Apollinaire Bouchardat, icône de la diabétologie

Résumé 

Apollinaire Bouchardat (1806-1886) qui était tout à la fois médecin, pharmacien, chimiste et agronome, fit de nombreux travaux dans le domaine du diabète. En dépit de conceptions physiopathologiques erronées, il fit des propositions novatrices pour la prise en charge de cette maladie. Il fut le premier à préconiser l’auto-surveillance fondée sur la glycosurie et à défendre l’éducation du patient.Il fut également le premier à comprendre Voir l’intégralité de l’article ≫

Sir Frederick G. Banting (1891-1941), gloire universelle de la diabétologie

Résumé

  • C’est parce que son cabinet médical tardait à se développer que Frederick G. Banting prit un poste à mi-temps à la Western University d’Ontario, au Canada. Au hasard de la lecture d’un article sur le pancréas, un soir d’octobre 1920, il eut soudain une idée pour isoler le facteur hypoglycémiant pancréatique dans le but de traiter le diabète. Accueilli à Toronto dans le laboratoire de John James Rickard Macleod, en 1921, il entreprit une série d’expériences chez le chien avec l’aide de Charles H. Best. Dès le mois de février 1922, il dispose d’extraits pancréatiques actifs permettant de traiter avec succès un jeune diabétique. Du jour au lendemain, Banting devient un véritable héros populaire et le plus célèbre des Canadiens. Il devient le plus jeune lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine, en 1923, et est anobli en 1934.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Homéopathie : Remèdes plus spécifiques de la grossesse

Actaea racemosa

Souche

Noms communs : Cimicifuga racemosa, Actée en grappe, Cimicaire à grappes.
Surnoms : Actée noire, Herbe aux punaises, Black cohosh, Black snakeroot.
Famille : Renonculacées. Voir l’intégralité de l’article ≫

Tumeurs de la surrénale, un article de l’EMC Urologie

Les tumeurs de la surrénale se distinguent en fonction de leur sécrétion de stéroïdes, leur siège uni- ou bilatéral et leur potentiel évolutif, en particulier pour les tumeurs malignes. Sur ces grandes propriétés peuvent se différencier des classes de tumeurs présentant des caractéristiques propres d’imagerie, biologie hormonale, histologie. Ces tumeurs vont tout d’abord être différenciées en fonction de la zone dont elles sont issues : phéochromocytomes pour les tumeurs développées à partir de la médulla, et tumeurs de la corticosurrénale pour celles issues du cortex surrénal.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Allaitement et pneumallergènes

Breastfeeding and aeroallergens

A. Labbé

La promotion de l’allaitement maternel reste une préoccupation de l’Organisation mondiale de la santé tant ces bénéfices sont évidents [1]. La pratique de l’allaitement est très variable selon les pays et leur politique de santé. En France, on estime que la part des nourrissons allaités à la naissance est de 66 %, mais chute très vite passant à 40 % à 11 semaines et 18 % à 6 mois. C’est donc sur une période relativement courte que peut s’exercer une des actions préventives discutées de l’allaitement maternel : réduire le risque d’affections respiratoires allergiques.

Voir l’intégralité de l’article ≫