Paroles d’expert – Médecine

Le méridien du Cœur

Trajet du méridien principal

Le méridien du Cœur part du cœur. Il en émerge et traverse le diaphragme, puis se relie à l’intestin grêle. Une branche part du cœur et monte à la gorge et aux yeux. Voir l’intégralité de l’article ≫

Homéopathie en polypathologie : Pourquoi et en quoi l’homéopathie est utile dans ce cas ?

Tout ne s’apprend pas à la faculté !

Quel est donc ce manque dans la médecine, dite orthodoxe, qui peut expliquer soit l’engouement soit le simple recours à l’homéopathie ou d’autres thérapeutiques non conventionnelles comme l’acupuncture, aussi bien de la part du patient que du médecin ?
Ce constat a été bien posé par l’anthropologue David Le Breton, dans son ouvrage « Anthropologie du corps et modernité », dans les années 1995 [1] , qui commente le développement des médecines dites alternatives dans un entretien publié dans la revue le généraliste [2] : « certaines affections, parce qu’elles sont chroniques, appellent l’usager à reprendre le contrôle d’une existence qui lui échappe ». Et plus loin dans son ouvrage : « le corps est un reste. Il n’est plus le signe de la présence humaine, indiscernable de l’homme, il est sa forme accessoire ». Et à propos des médecines dites parallèles : « Elles mobilisent davantage « la volonté de guérir » du malade « par l’effort plus grand qu’elles exigent de lui ». Voir l’intégralité de l’article ≫

Maladie d’Alzheimer et troubles de la communication : Évaluation de l’efficacité des thérapies

Évaluation de l’efficacité de la thérapie écosystémique en pratique institutionnelle

Avec une méthodologie semblable à celle de la recherche précédente quant au recueil des données, une étude similaire en milieu institutionnel a été réalisée [9] où les praticiens (deux étudiantes en orthophonie) ont pu travailler avec l’équipe soignante (aidants professionnels) et non plus la famille (aidants naturels). La problématique tournait autour de : quelle réponse peut-on apporter aux difficultés communicationnelles que rencontrent les aidants dans leur quotidien auprès de patients Alzheimer ? Comment peut-on aider les patients Alzheimer placés en institution à maintenir leurs capacités de communication et à ne pas entrer dans l’isolement ? Quel peut être l’apport d’une prise en charge écosystémique dans le cadre institutionnel ? Voir l’intégralité de l’article ≫

Punaises de lit

Épidémiologie

Les punaises de lit sont des insectes hématophages vivant au côté de l’homme depuis des milliers d’années, comme le démontre leur présence dans certaines tombes égyptiennes datant de 3550 ans. Parfaitement connu par nos parents ou grands parents avant la Seconde Guerre mondiale, cet insecte, Cimex lectularius, tout en se maintenant dans les pays pauvres, a disparu de notre vie quotidienne vers les années 1950. La nette amélioration de l’hygiène de notre habitat due à l’augmentation globale du niveau social et économique en est l’une des principales causes. Depuis les années 1990, une recrudescence mondiale est observée dans de nombreux pays « développés ». Cette explosion des cas est manifestement due à un accroissement du tourisme et du commerce international et à l’arrêt de l’utilisation des insecticides toxiques à forte rémanence dans le milieu extérieur (par exemple DDT) suite à leur interdiction [1]. Voir l’intégralité de l’article ≫

Pratique de l’auriculothérapie : Généralités

Généralités sur la pratique de l’auriculothérapie

Indications

Ce sont toutes celles correspondant aux processus pathologiques qui peuvent être ou qui sont soustendus par une gestion neurophysiologique centrale ou périphérique, de tout ou partie de leurs symptomatologies ( tableau 14.1 ).
Dès lors qu’il y a gestion neurophysiologique, il y a bouclage neuro-somatotopique histoembryonnaire aux oreilles des circuits correspondants, homothétiques aux projections cérébrales, ce qui permet alors un repérage diagnostic et un pianotage thérapeutique sur les écrans-claviers auriculaires.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Le nouveau dictionnaire médical : un 4 en 1

Pourquoi le nouveau dictionnaire médical illustré  est-il un 4 en 1 ? Parce que, après les 35 000 entrées d’un dictionnaire médical sur 900 pages, il propose 3 autres parties et donne à l’étudiant et au médecin tout ce qui est nécessaire au quotidien en 1500 pages. Nous vous proposons ici la table des matières et deux pages des annexes.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Asthme aigu grave : procédure en poche pour Médecine intensive-réanimation

Définition

Crise d’asthme d’intensité inhabituelle ne répondant pas au traitement du patient avec des signes de gravité clinique et/ou paraclinique.
Diagnostic différentiel : OAP et, si dyspnée inspiratoire, dysfonction des cordes vocales, corps étranger ou compression trachéale

Voir l’intégralité de l’article ≫

Prise en charge de l’insomnie : le cas clinique de Madame T

Des intrications complexes : apnées, dépression, jambes sans repos

 Madame T, 56 ans, est adressée par son médecin traitant pour un problème d’insomnie chronique évoluant depuis 5 ou 6 ans, s’aggravant progressivement, surtout depuis 1 an, caractérisée par un trouble de maintien du sommeil (nombreux éveils très brefs), associée a une somnolence diurne excessive (fig. 7.13).

Voir l’intégralité de l’article ≫

Obésité et Diabète, le véritable rôle des perturbateurs endocriniens

Résumé

Les perturbateurs endocriniens environnementaux (PEE) sont des molécules naturelles ou chimiques capables d’interférer avec le système endocrinien, mais également de perturber les voies de signalisation du métabolisme glucidique et lipidique. Ils sont ubiquitaires dans notre environnement quotidien, et impliqués dans de nombreuses pathologies, parmi lesquelles Voir l’intégralité de l’article ≫

Le point sur l’huile de palme, par le nutritionniste J.-M. Lecerf

Résumé 

L’huile de palme est l’objet de nombreuses critiques. Certaines sont liées a des considérations nutritionnelles. Le but de cet article est de faire le point objectif sur ses inconvénients et sur ses atouts, afin d’en tirer des conclusions sur sa place dans l’alimentation. Elle contient 50 % d’acides gras satures (AGS) et 50 % d’acides gras insaturés. Brute, elle est très riche en tocotrienols et en caroténoïdes (responsables de sa couleur rouge). En Occident, ce sont ses fractions raffinées qui sont souvent utilisées.

Voir l’intégralité de l’article ≫