Paroles d’Expert – Neurologie

Maladie d’Alzheimer et troubles de la communication : Évaluation de l’efficacité des thérapies

Évaluation de l’efficacité de la thérapie écosystémique en pratique institutionnelle

Avec une méthodologie semblable à celle de la recherche précédente quant au recueil des données, une étude similaire en milieu institutionnel a été réalisée [9] où les praticiens (deux étudiantes en orthophonie) ont pu travailler avec l’équipe soignante (aidants professionnels) et non plus la famille (aidants naturels). La problématique tournait autour de : quelle réponse peut-on apporter aux difficultés communicationnelles que rencontrent les aidants dans leur quotidien auprès de patients Alzheimer ? Comment peut-on aider les patients Alzheimer placés en institution à maintenir leurs capacités de communication et à ne pas entrer dans l’isolement ? Quel peut être l’apport d’une prise en charge écosystémique dans le cadre institutionnel ? Voir l’intégralité de l’article ≫

Prise en charge de la fatigue : sclérose en plaques

La fatigue est un symptôme très fréquent au cours de la sclérose en plaques, entraînant un retentissement sur les activités de la vie quotidienne au niveau personnel, familial, social et professionnel. Elle est rapportée par les patients dans 75 à 90 % des cas selon les études [7,18,20] .
Améliorer l’état de fatigue est un objectif important pour les patients atteints de SEP. Depuis les années 1980-1990, de nombreux essais thérapeutiques ont été réalisés et se heurtent à plusieurs obstacles du fait des caractéristiques multidimensionnelles de la fatigue, d’une physiopathologie non élucidée à ce jour, des difficultés d’évaluation et des intrications avec d’autres symptômes. Tout d’abord, il est important d’éliminer les autres étiologies de la fatigue : une cause iatrogène, un syndrome infectieux, l’exposition à des températures élevées (phénomène d’Uhthoff), un syndrome anxiodépressif ou des troubles du sommeil.
Nous aborderons les traitements pharmacologiques et non pharmacologiques, ces derniers regroupant essentiellement l’exercice physique et les mesures éducationnelles. Il n’existe pas de consensus pour l’évaluation de la fatigue, néanmoins les échelles de mesure les plus utilisées sont la fatigue severity scale (FSS) [11] et la modified fatigue impact scale (MFIS) [20] , version abrégée de la fatigue impact scale (FIS) [7] .

Sophie Pittion-Vouyovitch, praticien hospitalier, Service de neurologie, Hôpital central, CHU de Nancy, Nancy

Voir l’intégralité de l’article ≫

Paralysie cérébrale : Aide-mémoire pour le praticien

plan du Chapitre 1
Pathologies cérébrales et séquelles
1.1. Épidémiologie (S. Marret, S. Rondeau, C. Vanhulle)
1.2. Le cas des polyhandicapés (F.-A. Svendsen)
1.3. Aide-mémoire (D. Truscelli)

Voir l’intégralité de l’article ≫

Soigner l’EHPAD

To care the nursing home

Parmi toutes les tâches incombant aux établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), il en est une dont il n’est pas souvent question mais qui mériterait d’être inscrite en tête de leur ordre du jour. C’est celle de s’interroger, non pas sur leur projet, mais sur ce qui les empêche de le réaliser. Autrement dit, de détacher un temps leur attention des recommandations et des protocoles pour considérer la vie réelle des résidents et se demander pourquoi la survie d’un certain nombre ne dépasse pas l’année de leur admission. Le refus catégorique des soignants de finir leurs jours dans ce type d’établissement montre bien, d’une autre manière, qu’il ne suffit pas de respecter les droits des personnes pour en faire des lieux ouverts à la vie. Mais il y a plus grave, ce sont les pathologies somatiques et psychiatriques favorisées sinon engendrées par cet univers fermé qu’est l’institution gériatrique, qui se répercutent aussi sur l’espérance de survie moyenne en EHPAD. Voir l’intégralité de l’article ≫

Pratique neurologique : le journal évolue

L. Defebvre, T.deBroucker, D.Ricard, F.Sellal, L.Vercueil

Pratique neurologique: The journal develops

Auparavant publiés dans le corps de la Revue Neurologique , les articles de FMC sont publiés depuis maintenant 6 ans dans une revue associée : « Pratique Neurologique ». Éditée 4 fois par an, elle développe de nombreux thèmes de neurologie dans tous les domaines de notre spécialité au sein de rubriques variées.

Voir l’intégralité de l’article ≫

L’enfant dyspraxique : les préalables au projet thérapeutique

« Les qualités objectives (physiques et intellectuelles) des hommes peuvent être différentes, cela n’atteint pas ces hommes dans leur être même. Ils ne sont ni inégaux ni différents, ils sont incomparables. »

A. Pichot 16

Concevoir le projet et ses multiples implications pratiques au jour le jour – outre le fait qu’il faut avoir réalisé un diagnostic fiable et précis – suppose d’avoir constamment en tête trois notions qui fondent véritablement le sens de toutes les mesures qui sont prises pour cet enfant-là :

Voir l’intégralité de l’article ≫