Paroles d’expert-Nutrition

Allergies alimentaires : Problèmes actuels de sécurité alimentaire

Évaluation du risque : intérêt des seuils réactogènes

M. Drouet

L’appréciation du risque dans l’allergie alimentaire immédiate, situation où les réactions peuvent être sévères voire fatales, est basée sur l’évaluation des seuils réactogènes. Toutefois, le terme de « seuil réactogène » peut avoir des significations différentes selon les différents protagonistes. Pour le sujet allergique consommateur, l’intérêt est de connaître son propre seuil réactogène, c’est-à-dire la plus petite quantité d’aliment nécessaire pour déclencher une réaction allergique. Pour une population allergique, la notion de seuil réactogène pourrait être la plus petite quantité d’aliment susceptible de déclencher une réaction allergique chez la majorité des individus sensibilisés ou pour un pourcentage déterminé de cette population allergique. Pour l’industrie agro-alimentaire et les autorités de régulation, la notion de seuil pourrait correspondre à la quantité d’allergène potentiellement présente suite à une présence fortuite ou une contamination croisée dans la chaîne de production alimentaire, quantité mesurable par les techniques de détection actuellement disponibles.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Hypoglycémies chez les patients diabétiques

S. Halimi

Les hypoglycémies sont des complications aiguës inhérentes à la recherche d’un bon contrôle glycémique chez les diabétiques de type 1 puisque tous traités par insuline. Ces accidents métaboliques peuvent constituer un obstacle à l’atteinte de cet objectif, grandement altérer leur qualité de vie et les limiter dans leurs choix professionnels ou leurs loisirs. Les hypoglycémies peuvent entraîner chez eux des accidents graves, voire exceptionnellement des décès. La recherche offre aujourd’hui des solutions, comme de nouvelles insulines permettant de réduire la fréquence des hypoglycémies pour un même niveau glycémique atteint (HbA1c) et surtout des développements technologiques, capteurs utilisés seuls ou couplés aux pompes à insuline alertant le patient et/ou interrompant transitoirement la délivrance d’insuline. L’approche éducative reste néanmoins indispensable en ce domaine. Chez les diabétiques de type 2, les hypoglycémies surviennent chez les patients traités par insuline et posent le même type de problème. Pour les diabétiques de type 2 traités par sulfonylurées ou glinides, les hypoglycémies sont aujourd’hui mieux reconnues quant à leur fréquence et leur sévérité. Chez ces patients souvent âgés, un lien entre hypoglycémies sévères et surrisque de mortalité, en particulier cardiovasculaire, est aujourd’hui fortement suspecté. La question posée chez les diabétiques de type 2 ne recevant pas d’insuline est l’existence d’alternatives thérapeutiques, nouveaux antidiabétiques oraux ou injectables dont le coût est toutefois sensiblement plus élevé et en limite l’usage. D’une manière générale, la fréquence des hypoglycémies a longtemps été sous-estimée, surtout chez les diabétiques de type 2, et leur recherche systématique ainsi que leur prévention sont aujourd’hui un des fondements de nos choix d’objectifs et de traitement. Ceux-ci doivent tenir compte de la fragilité de chaque patient, de son risque hypoglycémique et donc aboutir à des objectifs individualisés sans négliger le rôle incontournable des mesures éducatives. Voir l’intégralité de l’article ≫

Alimentation en cas d’intolérance au lactose

Principes généraux

L’intolérance au lactose est la conséquence de l’insuffisance de l’activité enzymatique de la lactase nécessaire à l’absorption du lactose contenu dans le lait et les produits laitiers. L’insuffisance en lactase est extrêmement fréquente, mais elle ne relève d’un traitement diététique que si elle est symptomatique ce qui est beaucoup moins fréquent. Le degré d’éviction du lactose alimentaire doit être adapté au niveau d’activité résiduelle de la lactase. Dans les formes secondaires, l’éviction doit être généralement plus rigoureuse que dans les formes acquises à l’âge adulte. Voir l’intégralité de l’article ≫

Discordance entre HbA1c et résultat de l’autosurveillance glycémique

Introduction aux cas cliniques, état de l’art

Depuis la mise au point de son dosage, dans les années 1970–1980 [1–3], l’HbA1c est considérée comme le « gold standard » de la surveillance des états diabétiques [4–6]. Ce dosage paraît aujourd’hui d’une telle banalité que l’on finit par oublier toutes les étapes qui ont mené à l’obtention d’un dosage fiable. Le succès de l’HbA1c en tant que marqueur de l’équilibre glycémique est lié à deux éléments : il intègre l’exposition totale au glucose sur une période de 3 mois [4,7–9] et son dosage trimestriel est indépendant de l’heure du prélèvement, puisque le taux de l’HbA1c n’est pas influencé par la proximité d’une prise alimentaire. Chez l’adulte normal, la majorité de l’hémoglobine (Hb) dans les globules rouges natifs est représentée par l’HbA (97 % du total), le reste étant sous forme d’HbA2 (2,5 % du total) et d’HbF (0,5 % du total). Ces trois types d’hémoglobine sont codés par des gènes différents. Leurs différences résident dans les quatre chaînes protéiques qui s’insèrent sur les quatre noyaux héminiques centraux : deux chaînes α et deux chaînes β pour l’HbA ; deux chaînes α et deux chaînes δ pour l’HbA2 ; deux chaînes α et deux chaînes γ pour l’HbF. À ces variantes génétiques viennent se surajouter des modifications post-traductionnelles qui portent sur l’HbA et qui sont obtenues par carbamylation, acylation, sulfatation et surtout par glycation. Cette dernière réaction conduit à la fixation non enzymatique d’un sucre ou d’un dérivé sucré sur une chaîne protéique. Dans le cas de l’HbA1c, cette réaction post-traductionnelle démarre avec la naissance du globule rouge, à l’instant où il se trouve pour la première fois de son existence au contact du glucose plasmatique [1,7]. Elle se poursuit ultérieurement pendant les 120 jours de la durée de vie du globule rouge (figure 6.1). La fixation non enzymatique (« glycation ») est proportionnelle à la concentration plasmatique du glucose[1,7]. Ainsi une partie de l’HbA, qui constitue 97 % de l’hémoglobine totale dans le globule rouge natif, se transforme en hémoglobine glyquée. Dans le sang d’un adulte normal, qui est constitué par une cohorte d’érythrocytes jeunes, vieux ou d’âge intermédiaire, les différentes fractions de l’Hb sont réparties de la manière suivante (tableau 6.1). Voir l’intégralité de l’article ≫

Intolérance au lactose et autres glucides

Le lactose est un glucide présent dans le lait et dans certains produits laitiers. Pour être absorbable, il doit être digéré par une lactase dont la performance diminue souvent à l’âge adulte. Il existe en effet un déclin physiologique de l’activité lactasique des entérocytes pouvant atteindre 90 %. Cette situation dite « primaire » est irréversible. Il n’existe pas de réinduction possible de l’activité lactasique par une augmentation progressive des quantités de lait ingérées. On considère qu’en France environ 20 % (dans le Nord) à 50 % (dans le Sud) des adultes ont une activité lactasique intestinale basse. Il en résulte une digestion incomplète du lactose. Voir l’intégralité de l’article ≫

Régimes à la mode, un article de l’EMC Endocrinologie-Nutrition

Auteur

J.-M. Lecerf,  Service de nutrition, Institut Pasteur de Lille, 1, rue du Professeur-Calmette, BP 245, 59019 Lille cedex, France

Résumé

Les régimes à la mode fleurissent à une vitesse accélérée depuis quelques années. Cette prolifération a plusieurs origines qui sont analysées ici, en particulier une recherche de solution simple à des pathologies ayant un traitement difficile, mais aussi un individualisme qui s’exprime à travers ces choix, renforcé par une perte de transmission des repères alimentaires. Ces modes ne s’inscrivent pas dans une approche diététique rationnelle. Sont passés en revue successivement les régimes amaigrissants à la mode, les régimes d’exclusion dits régime « sans » (sans lait, sans blé – sans gluten -, sans viande, sans aliment cuit, paléolithique), et enfin le jeûne, nouvelle mode. Les justifications erronées ou non, les effets indésirables ou les bénéfices sont décrits. Il apparaît que la multitude de régimes amaigrissants expose aux mêmes risques de déficits, de troubles du comportement alimentaire et surtout de reprise de poids, du fait d’une résistance à l’amaigrissement dont ce texte détaille très largement les mécanismes. Les régimes sans lait n’ont que très peu d’indications réelles et exposent à des déséquilibres nutritionnels et à des conséquences négatives multiples pour la santé. Le régime sans gluten est totalement justifié dans la maladie cœliaque et ses différentes formes ; l’hypersensibilité au gluten est une entité mal définie qui est probablement le plus souvent due à un autre problème. Le régime végétarien est un choix le plus souvent philosophique ; c’est un régime qui peut être équilibré alors que le régime végétalien entraîne des carences. Le régime paléolithique a des effets démontrés mais n’est guère applicable. Le régime cru n’a pas d’intérêt et plutôt des inconvénients. Le jeûne est une pratique qui a fondamentalement une signification spirituelle, à laquelle on attribue des vertus qu’il n’a pas démontrées. Désignant certains aliments comme mauvais, ils s’apparentent à de l’antinutrition.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Obésité et changement

Le changement

La plupart du temps, le changement attendu par le sujet en surpoids qui demande une aide thérapeutique est un changement symptomatique de perte de poids. À ce propos, il y a des réalités incontournables qu’il convient d’admettre et d’expliquer au moment où s’exprime la demande du patient. Il s’agit d’une triple réalité : le changement demande beaucoup de temps, il demande des efforts, et il se heurte à des résistances inconscientes . Voir l’intégralité de l’article ≫

Troubles des conduites alimentaires de l’enfant et de l’adolescent

Prise en charge en ambulatoire

G. Mamou, A. Bargiacchi

Plan du chapitre

Prise en charge de première intention

La prise en charge ambulatoire (tableau 12.1) doit être privilégiée autant que possible en première intention, surtout chez l’enfant jeune car elle lui permet de rester en famille et de poursuivre sa scolarité. Crisp et al. ont montré dès 1991 la non-infériorité de la prise en charge ambulatoire, que ce soit sur le gain de poids ou sur l’échelle de Morgan-Russell, et d’autres auteurs ont insisté sur la meilleure adhésion à ce type de prise en charge [4]. Voir l’intégralité de l’article ≫

Sportives amateurs et nutrition

Apport nutritionnel et consommation des compléments alimentaires chez une population de sportives amateurs

O. Berriche ∗, H. Souhaila , I. Lahmar , F. Mahjoub , A. Gamoudi , C. Amrouche , H. Jamoussi Service « A » de diabétologie, nutrition et maladies métaboliques, institut national de nutrition, Tunis, Tunisie
∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : olfaberriche1@gmail.com (O. Berriche)

Introduction et but de l’étude

Dans les salles de sport, le nombre de compléments alimentaires est important et les demandes de plus en plus nombreuses de la part des hommes que des femmes. Sachant que le nombre de femmes, qui s’adonnent pour leur plus grand plaisir au sport et celles qui ont une activité sportive régulière, s’est nettement accru ces dernières années. Cette étude transversale a concerné 60 sportives amateurs recrutées dans différentes salles de sports privés, d’âge allant de 20 ans. Cette population est divisée en deux groupes ; groupe 1 : 30 sportives consommatrices des compléments alimentaires et groupe 2 : 30 sportives non consommatrices des compléments alimentaires.

Les objectifs de notre étude étaient d’évaluer l’alimentation spontanée chez les sportives amateurs consommatrices et non consommatrices des compléments alimentaires et justifier la consommation des compléments alimentaires selon l’alimentation des sportives.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Un éclairage sur l’obésité et sa prise en charge

Entretien « La chirurgie bariatrique nécessite un suivi à vie des patients »

L’obésité est une maladie, reconnue comme telle par l’Organisation mondiale de la santé depuis 1997
Cette pathologie multifactorielle, qualifiée par certains de pandémie, est considérée aujourd’hui comme une priorité de santé publique
Patricia Le Roux, médecin nutritionniste du service de médecine nutrition de l’hôpital Claude-Galien à Quincy-sous-Sénart (91), apporte ses éclairages sur l’obésité et sa prise en charge.
Mots clés – chirurgie bariatrique ; obésité ; prévalence ; prise en charge ; suivi Voir l’intégralité de l’article ≫