Paroles d’Expert – ORL

Imageries sinusiennes : principes, techniques, résultats normaux et variantes

F. Benoudiba

Les pathologies inflammatoires rhinosinusiennes sont le principal motif d’exploration en imagerie des sinus de la face. La tomodensitométrie (TDM) est l’examen de première intention, à réaliser à distance de l’épisode aigu. Elle va permettre une étude anatomique complète, préciser les variantes anatomiques à risque, potentielles sources de complications peropératoires. Elle doit pouvoir être utilisée dans un système de chirurgie assistée par sinusonavigation.
L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est complémentaire de la TDM pour l’exploration de processus tumoraux bénins ou malins des cavités nasosinusiennes. La TDM privilégie la résolution spatiale ce qui va permettre une analyse fine des parois osseuses à la recherche de processus ostéolytiques. L’IRM privilégie la résolution en contraste donc l’analyse tissulaire des lésions. Elle permet de distinguer la part inflammatoire réactionnelle à la tumeur, de la portion tumorale. Elle présente une meilleure sensibilité pour l’évaluation des extensions tumorales en particulier orbitaires ou à la base du crâne. Voir l’intégralité de l’article ≫

Les acouphènes : Diagnostic

Le rôle de l’ORL, de la première consultation au choix de la prise en charge

M. Ohresser

Contexte

Le rôle de l’ORL dans la prise en charge du patient acouphénique ajoute, au rôle classique qu’on lui connaît, d’assurer un diagnostic et de proposer un traitement, celui d’informer son patient pour qu’il puisse comprendre les différentes facettes de son symptôme et de sa guérison. Nous insisterons beaucoup sur ce travail dit de counseling qui fait la spécificité et l’une des difficultés de cette prise en charge. Il est surtout difficile au tout début de la relation, lors de la première consultation notamment, car on ne connaît pas la personne que l’on a en face de soi et on appréhende encore mal tout le vécu qu’elle met dans cet acouphène. Pourtant, si l’on veut l’amener à prendre conscience de la situation et de la façon d’en sortir, il va falloir avoir un impact fort sur le patient, sans le froisser ni le choquer. C’est parfois un exercice délicat pour l’ORL de faire en sorte que le message soit vécu positivement, même s’il ne correspond pas toujours aux attentes du patient. Voir l’intégralité de l’article ≫

Troubles respiratoires obstructifs du sommeil de l’enfant : définitions, pathophysiologie, examen clinique

La description du syndrome d’apnées–hypopnées du sommeil avec enregistrement polysomnographique chez l’enfant remonte à 1975, et avec perturbation de l’EEG à 1982. Depuis, des avancées dans la compréhension du syndrome dit des « troubles respiratoires obstructifs du sommeil » (TROS) ont été faites.

C. Guilleminault, M. Mondain, R. Marianowski

Voir l’intégralité de l’article ≫

EMC ORL : troubles du langage oral chez l’enfant

Résumé

Les troubles du langage et de la parole chez l’enfant représentent une situation clinique fréquente avec un risque de retentissement social, académique et professionnel ultérieur important. Le repérage et le dépistage de ces troubles ont pour objectif, en proposant des prises en charge précoces et adaptées, d’en minimiser les conséquences.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Les maladies suspectes d’être totalement ou partiellement induites par un trouble pressionnel

Malformations labyrinthiques et troubles pressionnels

V. Couloigner

Rappels sur les malformations d’oreille interne

Les malformations cochléaires représentent environ 20 % des surdités de perception de l’enfant.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Otite chronique pseudo tumorale

Otosocopie gauche chez un patient présentant un bourgeon charnu proliférant depuis l’attique dans le conduit auditif. Il s’agit d’un polype sentinelle exubérant masquant une atticite cholestéatomateuse.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Vertiges : Tactique diagnostique

Points forts

  • La recherche des indices est une enquête policière.
  • La vidéonystagmographie n’est qu’un examen clinique enregistré.
  • Indiquer au radiologue ce que l’on cherche.
  • Réserver des rendez-vous pour voir les patients en période de crise.
  • Refaire une vidéonystagmoscopie à chaque consultation.

Voir l’intégralité de l’article ≫