Paroles d’expert – Urgences

Prise en charge immédiate pré-hospitalière et à l’arrivée à l’hôpital, évaluation des complications chez un traumatisé thoracique

ITEM 329(F) – UE 11

Voir l’intégralité de l’article ≫

Dix règles d’or en traumatologie

1 – Un(e) patient(e) n’a jamais rien !

Une radiographie normale n’est pas synonyme d’absence de lésion. Une contusion fait mal ; un traumatisme ligamentaire ou tendineux provoque une impotence fonctionnelle. Il faut identifier ou évoquer la lésion et proposer une conduite à tenir.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Asthme aigu grave aux urgences. Primum non nocere !

Place et indication de différente technique de ventilation aux urgences concernant la prise en charge d’un asthme aigu grave.

F. Bussienne a, ⁎ , A. Maillot b, T. Reynaud c

Références auteurs

Introduction

L’asthme aigu grave (AAG) peut, à tout moment, mettre en jeu le pronostic vital. En France, parmi les 50 000 à 100 000 patients dont la maladie asthmatique va se compliquer d’un AAG chaque année, 10 000 seront hospitalisés en réanimation et 1000 seront soumis à une ventilation mécanique (VM) [1]. Savoir quand il faut recourir à l’intubation est une question difficile dans la pratique que nous souhaitons discuter à travers le cas d’un patient ayant présenté un AAG compliqué d’une acidose respiratoire majeure.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Accidents thromboemboliques et voyages aériens : évaluation du risque et stratégie prophylactique (Podcast)

extrait de la revue Le Praticien en anesthésie réanimation (2014) 18, 45-51

par: F. Lapostolle, P. Orer, S. Guynemer, F. Adnet

Pour écouter cet article cliquez sur le lecteur ci-dessous:

Historique

Les premières compagnies aériennes ont vu le jour dans les années 1920 [1]. Depuis, en dépit des conflits militaires,des attentats, des crises économiques, le trafic aérien n’a pas cessé de se développer. Une croissance de plus de 5 % par rapport à l’année précédente était encore observée en mai 2013 [2]. La distance parcourue, tout comme le nombre de passagers, ont continuellement augmenté.Pour comprendre l’ampleur de ce phénomène, il suffit de comparer la Caravelle et l’Airbus A-380. En 1960, une Caravelle transportait 60 passagers sur 600 km. Aujourd’hui, l’Airbus A-380 transporte, dans sa configuration maximale, 850 passagers sur 15 000 km !
Voir l’intégralité de l’article ≫