Quiz – Etudes ECN

QCM Urgences-Réanimation-Anesthésie pour les ECNi

Mon score:  

Mon Classement:  

 

Vous venez de faire les 5 premiers QCM du chapitre 22 Entraînement de l’ouvrage Urgences Réanimation Anesthésie dans la collection Cahiers des ECN.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Dossier progressif Pneumologie Focus ECNi

DP 25 (+)

Une patiente de 57 ans est suspecte d’embolie pulmonaire. Le 22/10/2015, la patiente constate l’apparition d’une dyspnée d’effort sans douleur thoracique ni toux. Le 24 octobre, une douleur de la partie supérieure du tibia gauche soulagée par la prise de paracétamol apparaît, suivie d’une douleur xyphoïdienne localisée, majorée à l’inspiration. La patiente consulte au SAU le samedi 24 octobre au soir.
Cette patiente présente comme antécédents :

Voir l’intégralité de l’article ≫

Dossier progressif Cardiologie Focus ECNi

DP 13 (+++)

Un homme de 75 ans est amené aux urgences après plusieurs « malaises » brefs non traumatiques. Il est suivi pour une hypertension artérielle traitée par un inhibiteur de l’enzyme de conversion et un bêtabloquant mais n’a pas consulté depuis plusieurs années. Il n’a pas d’autre facteur de risque cardiovasculaire. D’après l’interrogatoire de la femme du patient systématiquement présente lors des malaises, il s’agirait plutôt de pertes de connaissances brèves. Il s’agit en fait du 5e épisode en quelques mois : les premiers ont eu lieu la nuit alors qu’il s’était levé pour aller uriner, mais les 2 derniers à l’effort modéré (marche rapide). Votre examen initial trouve des bruits du cœur réguliers et lents, un souffle systolique râpeux (connu d’après le patient), un souffle carotidien bilatéral prédominant à droite. L’auscultation pulmonaire est libre, l’examen neurologique est normal.

Voir l’intégralité de l’article ≫

quiz ENCi urologie questions isolées

QI 251 : Concernant les marqueurs biologiques des tumeurs du testicule (une ou plusieurs propositions exactes) :

A les LDH ont une valeur pronostique

B les plaquettes ont une valeur pronostique

C l’HCG est caractéristique des choriocarcinomes

D l’AFP est produite par le carcinome embryonnaire

E l’AFP est élevée dans plus de la moitié des tumeurs germinales non séminomateuses

Voir l’intégralité de l’article ≫

Cas clinique Endocrinologie, diabétologie et maladies métaboliques

Cas clinique 2

Clémence, 16 ans, consulte car elle n’a pas encore eu ses règles. Elle a un frère et une sœur aînés qui n’ont pas de problèmes particuliers ; sa sœur a été réglée à 13 ans. La mère de Clémence a également été réglée à 13 ans ; elle est actuellement âgée de 47 ans et a des cycles réguliers. Elle n’a pas d’antécédents personnels ou familiaux particuliers. Le père de Clémence a 48 ans ; il est suivi pour un diabète de type 2 et n’a pas d’autre antécédent personnel ou familial particulier. Clémence est scolarisée en 4e, bonne élève, en club de natation. Dans ses antécédents, on retrouve de nombreuses otites de la petite enfance avec ablation des végétations et pose de drains tympaniques vers 4 ans pour otite séreuse.
À l’examen, on note :
• 40 kg, 1,45 m ;
• pilosité pubienne P4 et discret développement mammaire bilatéral S3 ;
• nombreux nævus. Voir l’intégralité de l’article ≫

Cas clinique Rhumatologie ECN Intensif

Cas clinique 1 +

Vous recevez en consultation une patiente de 60 ans adressée par son médecin traitant pour découverte d’un T-score à – 2,8 DS au col fémoral sur une ostéodensitométrie. Cette patiente n’a pas d’antécédent particulier en dehors d’une phlébite dans les suites d’un accouchement et d’un tabagisme actif à 10 paquets-années. Elle ne prend aucun traitement. Elle n’a pas d’antécédent fracturaire ; en revanche, sa mère avait présenté une fracture du col fémoral. Votre patiente est autonome, très active. L’examen clinique est sans particularité, la patiente n’a pas de plainte douloureuse. Le poids est de 60 kg, la taille 1,70 m (poids et taille stables).

Voir l’intégralité de l’article ≫

10 QRM de l’ouvrage

Dans les QRM suivants, plusieurs réponses sont possibles.

 

QRM 1

Parmi les agents pathogènes suivants, certains peuvent exercer sur leur hôte une action allergisante de type éruption urticarienne, eczéma, asthme. Lesquels ?

A. Giardia intestinalis.

B. Leishmania infantum (leishmaniose viscérale).

C. Echinococcus granulosus (hydatidose).

D. Entamoeba coli.

E. Trichinella spiralis.

 

Voir le corrigé

QRM 2

Parmi les ectoparasites suivants, certains sont, en plus de leur nuisance propre, capables de transmettre des infections virales ou bactériennes. Lesquels ?

A. Le pou du pubis.

B. Le pou de corps.

C. Le pou de tête.

D. Le sarcopte.

E. La tique.

Voir le corrigé

QRM 3

Quelles affirmations s’appliquent à l’hyperéosinophilie parasitaire ?

A. Elle est maximale à la phase d’invasion des helminthes.

B. Elle est d’autant plus élevée que le parasite est mal adapté à l’Homme.

C. Elle concerne principalement les vers.

D. Son intensité est généralement modérée pour les parasites qui effectuent tout leur cycle dans le tube digestif de l’Homme.

E. Elle concerne principalement les protozoaires.

Voir le corrigé

QRM 4

Chez un patient ayant vécu plusieurs années en Inde, subfébrile par périodes, on palpe une splénomégalie importante. À quelle(s) parasitose(s) pensez-vous ?

A. Amœbose.

B. Paludisme subaigu chronique.

C. Ascaridiose.

D. Leishmaniose viscérale.

E. Giardiose.

Voir le corrigé

QRM 5

Les receveurs d’organes solides sont exposés au risque de contamination par le greffon pour certains des agents pathogènes suivants. Lesquels ?

A. Enterobius vermicularis.

B. Schistosoma haematobium.

C. Plasmodium falciparum.

D. Sarcoptes scabiei.

E. Toxoplasma gondii.

Voir le corrigé

QRM 6

Le chien est impliqué dans la chaîne épidémiologique de plusieurs parasites ou champignons. Lesquels ?

A. Sarcoptes scabiei.

B. Dermatophytes.

C.  Echinococcus granulosus.
D. Taenia saginata.
E. Leishmanies.
Voir le corrigé

QRM 7

Une de vos patientes‚ âgée de 30 ans, aux antécédents de dépression, va partir en vacances 14 jours au Sénégal (Afrique de l’Ouest) avec des déplacements en zone rurale ; elle vous demande conseil pour la prévention du paludisme. Laquelle ou lesquelles des propositions suivantes vous paraissent adaptées à ce voyage ?

A. Absence de chimioprophylaxie.

B. Moustiquaire et insecticide suffisent.

C. Chimioprophylaxie par atovaquone + proguanil et utilisation de répulsifs sur la peau et moustiquaire imprégnée.

D. Chimioprophylaxie par méfloquine.

E. Chimioprophylaxie par doxycycline et prévention des piqûres de moustiques la nuit.

Voir le corrigé

QRM 8

Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles qui s’appliquent au cycle des agents du paludisme ?

A. L’anophèle femelle peut transmettre toutes les espèces plasmodiales.

B. La phase initiale de multiplication hépatique est asymptomatique.

C. Toutes les espèces plasmodiales parasites de l’Homme séjournent dans les cellules pulmonaires.

D. La fièvre est contemporaine de la phase intra- érythrocytaire.

E. Toutes les espèces plasmodiales donnent lieu à des accès de reviviscence tardifs

Voir le corrigé

QRM 9

Parmi les arguments suivants, lequel (lesquels) étaye(nt) l’hypothèse d’un accès palustre ?

A. Adénopathie.

B. Hyperéosinophilie.

C. Absence de chimioprophylaxie.

D. Retour d’une zone endémique remontant à plus de 10 jours.

E. Thrombopénie.

Voir le corrigé

QRM 10

Deux des situations cliniques ou biologiques suivantes font partie des critères de gravité à rechercher en cas d’accès palustre. Lesquelles ?

A. Fièvre supérieure à 38 °C.

B. Présence de facteur rhumatoïde.

C. Parasitémie à 10 % de P. falciparum.

D. État confusionnel.

E. Présence de gamétocytes sur le frottis sanguin.

Voir le corrigé
 Vous venez de lire les 10 premiers QRM de la partie Entraînement de l’ouvrage Parasitoses et mycoses des régions tempérées et tropicales Réussir les ECNi dans la collection Les référentiels des Collèges

ANOFEL Association française des enseignants et praticiens hospitaliers de parasitologie et mycologie médicales

© 2016, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

Cas clinique progressif du Collège de neurochirurgie

Cas clinique 1

Un patient âgé de 60 ans, 1,70 m pour 90 kg, se présente aux urgences pour dorso-lombalgies en aggravation depuis 4 mois. Elles sont actuellement présentes toute la journée, elles sont insomniantes et sont associées à une douleur en hémiceinture irradiant vers le pli de l’aine gauche. Il signale qu’il est obligé de pousser pour aller uriner et ce depuis 3 jours, avec des difficultés pour marcher. À l’examen, vous trouvez une paraparésie, avec une légère hypertonie musculaire, des réflexes ostéotendineux vifs et diffusés, mais non polycinétiques, surtout à gauche, avec une hypoesthésie en selle, une hypotonie anale, un globe vésical. La flexion et rotation interne de la hanche gauche n’est pas possible. Il est diabétique depuis 2 ans, sous metformine. Il n’a pas d’autre antécédent.

Voir l’intégralité de l’article ≫

Quiz ECNi Endocrinologie

Dernière ligne droite avant les ECNi 2016 : chaque semaine retrouvez un dossier progressif* pour vous entraîner !

*Dossiers progressifs extraits du site ExamPrep ECNi – toutes les infos sur http://www.elsevier-masson.fr/examprepECNi

miniECNI-1500X421

Cette semaine : Endocrinologie

Voir l’intégralité de l’article ≫

Quiz ECNi Pneumologie

Dernière ligne droite avant les ECNi 2016 : chaque semaine retrouvez un dossier progressif* pour vous entraîner !

*Dossiers progressifs extraits du site ExamPrep ECNi – toutes les infos sur http://www.elsevier-masson.fr/examprepECNi

miniECNI-1500X421

Cette semaine : Pneumologie

Voir l’intégralité de l’article ≫